Toponymes du campus d’Orsay

En quelques mots : les 33 rues du campus d’Orsay portent des noms variés. Il peut s’agit de grandes figures scientifiques et historiques, de fondateurs de l’université, ou encore de noms descriptifs. Si l’on comprend bien la logique de nommage, on ignore dans l’ensemble sa chronologie et son processus de décision.


Quelques remarques de méthode

Cet inventaire des rues se base sur la carte de 2010, avant les grandes transformations liées à l’opération d’intérêt national Paris-Saclay qui ont profondément remanié le plateau du Moulon.

Je ne considère ici que les voies de circulation routière internes au campus — à noter que la plupart des sentiers piétonniers ne portent pas de nom. Un certain nombre de rues, dans les communes environnantes, portent des noms de scientifiques (René Thom, Alfred Kastler, etc.), mais elles ne font pas partie du domaine universitaire. Pour mémoire, le campus d’Orsay est à cheval sur trois communes : Orsay, Bures-sur-Yvette et Gif-sur-Yvette.

J’ai identifié 33 rues sur le campus d’Orsay, plateau et vallée, de longueur variable (entre 50 et 1500 mètres). Leur tracé est rarement rectiligne. Cela tient bien sûr au relief (lacets de la rue du château et de la rue du doyen Pérès). L’autre raison vient de ce que, à l’origine, la plupart des rues sont des voies d’accès aux bâtiments et ne sont pas nées d’un plan de circulation d’ensemble. On peut distinguer 5 types de noms de rues :

En retraçant l’origine de ces noms et le contexte où ils ont été donnés, la toponymie permet de mieux comprendre le sens de ce geste. Pour cerner l’univers symbolique du campus, il faudrait également inclure les autres noms de lieux (bâtiments, jardins, salles, etc.). Surtout, il faudrait pouvoir identifier comment ces noms ont été attribués, et pour l’instant, très peu d’informations sont disponibles : à quelle date ces noms ont-ils été choisis, par qui et avec quel processus de décision, comment ces voies étaient-elles dénommées auparavant, tout ceci est encore obscur.

Les noms locaux

Deux chemins piétonniers et une rue ont hérité un nom préexistant :

  • La promenade de l’Yvette, reliant Bures à Orsay le long de la rivière. Au début du siècle, le domaine de Launay accueillait des champs, des prairies et une partie de la forêt actuelle. Le chemin le long de l’Yvette était à la fois une desserte pour les travaux des champs et un lieu de promenade. Son tracé a été modifié par les travaux de 2019-2020 visant à restaurer les méandres de l’Yvette.
  • La rue de la Guyonnerie, qui relie Orsay à Gif-sur-Yvette. La Guyonnerie est le nom d’une ferme installée au nord de l’Yvette. Plus largement, le nom désigne la partie de la commune de Bures se trouvant entre l’Yvette et la côte de Launay.
  • Le chemin de la Fontaine Saint-Matthieu, à proximité de l’espace naturel sensible de la Guyonnerie : il permet aux piétons et cycles de rejoindre la rue de la Guyonnerie au nord, dans le prolongement de la rue Pierre de Coubertin. À l’origine, la rue de la fontaine Saint-Matthieu partait de l’église du même nom dans le centre de Bures et devenait un chemin vicinal à travers champs. Au bas de la pente, on trouvait la fontaine Saint-Matthieu, alimentée par les eaux pluviales. Cette voie a gardé son nom dans la ville de Bures, mais est devenue rue Pierre de Coubertin dans le domaine universitaire. Enfin, sa partie nord est restée piétonne : c’est cette partie que l’on appelle chemin de la fontaine Saint-Matthieu. On rencontrait deux lavoirs : un lavoir public près de la fontaine construit en 1868, et un lavoir privé du côté de la Guyonnerie (Bures, mémoire d’une ville, 1994, p. 183). L’un et l’autre ont été détruits au début des années 1960.

On pourrait y ajouter le “chemin de Michel” et le “chemin de la Guyonnerie”, voies forestières traversant le  Bois des Rames. Techniquement, ils font partie du domaine universitaire et ils sont utilisés par les étudiants et les personnels cherchant à gagner le plateau ou la vallée. Mais on ne peut pas, en l’état actuel des choses, en parler comme de véritables voies de circulation… Des travaux en cours sont en cours pour aménager un sentier et des escaliers.

Carte des rues du campus d'Orsay

Les toponymes locaux sur le campus d’Orsay (schéma : Émilia Robin — CC BY-NC-SA)

Les noms descriptifs

Ces rues portent le nom de leur bâtiment le plus emblématique. Ce sont :

  • La rue de la chaufferie, construite très tôt puisque la chaufferie date des origines du campus (actuel bâtiment 199?).
  • La rue du château. Cette rue préexistait au campus, puisqu’elle mène au château de Launay. C’était une voie privée, fermée par une grande grille au niveau des pavillons (en tout cas au début du XXe siècle).
  • La rue du belvédère. La partie est du plateau du Moulon est parfois appelée “petit plateau” ou “belvédère”. Le nom “belvédère” sert à distinguer ce quartier de celui du Moulon, où se trouvent Supélec, l’IUT, la ferme du Moulon.
  • La rue de la carrière aux chevaux. Comme son nom l’indique, elle mène au centre équestre, construit dès les années 1960.
  • La voie de la faculté, reliant le centre de Bures-sur-Yvette au pôle ouest du campus. Elle a remplacé un chemin vicinal pour permettre l’accès aux résidences étudiantes construites à la fin des années 1950.
Carte des rues du campus d'Orsay

Les toponymes descriptifs sur le campus d’Orsay (schéma : Émilia Robin — CC BY-NC-SA)

Les grandes figures scientifiques

Le terme “scientifique” est un peu abusif, car cette catégorie inclut Pierre de Coubertin et Hector Berlioz. En tout cas, il s’agit de personnalités fondatrices pour les disciplines présentes sur le campus d’Orsay. La plupart sont des Français, et il n’y a aucune femme parmi eux, ce qui reflète la sociologie du milieu scientifique du XIXe et du premier XXe siècle. De manière significative, ces rues sont situées à proximité d’un centre de recherches en rapport avec l’activité de la personnalité honorée : il est donc probable qu’à un moment ou un autre, les personnels de ces centres de recherche (ou au moins leur direction) ont été associés au choix.

Rue André Ampère, le long du LAL : André-Marie Ampère pose les fondements théoriques de l’électromagnétisme au début du XIXe siècle, créant le vocabulaire de l’électricité. Son nom a été donné à l’unité internationale de l’intensité du courant électrique.

Rue Henri Becquerel, menant à l’Institut Curie : découvrant la radioactivité en 1896, Henri Becquerel reçoit  le prix Nobel de physique en 1903 avec Pierre et Marie Curie. Son nom a été donné à l’unité physique de la radioactivité.

Rue Hector Berlioz, menant au CFMI (centre de formation de musiciens intervenants) : compositeur français du XIXe siècle, connu notamment pour sa Symphonie fantastique et sa Messe solennelle

Rue Claude Bernard, menant au bâtiment 440 (biologie cellulaire) : Claude Bernard, médecin et physiologue du XIXe siècle, est le fondateur de la médecine expérimentale.

Rue Louis de Broglie, voie de liaison entre les différents pôles du belvédère : Louis de Broglie reçoit le Prix Nobel de physique en 1929 «pour sa découverte de la nature ondulatoire des électrons» et devient secrétaire perpétuel de l’Académie des sciences en 1942.

Rue Jean-Dominique Cassini, partant de l’IAS (institut d’astrophysique spatiale) : astronome du XVIIe siècle, Jean-Dominique Cassini a notamment découvert la Grande Tache Rouge de Jupiter, calculé la distance Terre-Soleil et formulé les lois de Cassini décrivant le mouvement de la Lune.

Rue Pierre de Coubertin, menant à la faculté des sciences du sport (anciennement UFR STAPS) : refondateur des Jeux Olympiques en 1894

Allée Charles Darwin, menant au bâtiment 330 : naturaliste et paléontologue britannique ayant posé les bases de la théorie de l’évolution dans De l’origine des espèces paru en 1859

Rue Joseph Le Bel, entre les bâtiments 400 et 410 : Joseph le Bel est un précurseur de la stéréochimie. Il entre à l’académie des sciences en 1929.

Rue Gregor Mendel, entre les bâtiments 400 et 403 : biologiste autrichien, Mendel a posé les bases de la génétique. Son nom a été donné aux lois définissant la manière dont les gènes se transmettent.

Avenue Jean Perrin, axe est-ouest du campus vallée : prix Nobel de physique en 1926, c’est également l’un des fondateurs du CNRS en 1939.

Rue John von Neumann, desservant notamment le LIMSI (laboratoire d’informatique pour la mécanique et les sciences de l’ingénieur) : scientifique américain mort en 1957 à qui l’on doit — outre d’autres résultats en mathématiques, physique quantique et économie — l’architecture moderne des ordinateurs

Carte des rues du campus d'Orsay

Les toponymes de scientifiques sur le campus d’Orsay (schéma : Émilia Robin — CC BY-NC-SA)

Les hommages à des figures de l’université

Il s’agit des “pères fondateurs” de la faculté des sciences, soit comme doyens, soit comme créateurs des principaux laboratoires.

Aimé Cotton (1869-1951) : physicien. Il participe à la fondation de l’Institut d’optique (futur IOGS) en 1917, devient professeur de physique à la faculté de Paris en 1922 et membre de l’académie des sciences en 1923. En 1928, il prend la tête du laboratoire du grand électro-aimant construit à Bellevue (Meudon), qui deviendra laboratoire Aimé Cotton à son décès en 1951. Le LAC et l’Institut d’optique théorique et appliquée sont transférés à Orsay en 1967, et la rue qui les dessert prend également le nom d’Aimé Cotton.

André Guinier (1911-2000) : physicien (cristallographie), fondateur du LPS en 1959 avec Jacques Friedel et Raimond Castaing, directeur du LPS de 1966 à 1970. Premier vice-doyen du centre scientifique d’Orsay (de 1958 ou 1959 à 1962). Élu à l’académie des sciences en 1971. Lauréat du prix Gregori Aminoff en 1985.

Frédéric et Irène Joliot-Curie : fait exceptionnel, deux rues portent leur nom. En effet, Frédéric Joliot-Curie est à l’origine de l’implantation d’établissements scientifiques en vallée de Chevreuse, comme haut-commissaire à l’énergie atomique (CEA à Saclay), et comme directeur du CNRS (Gif-sur-Yvette); avec son épouse Irène, ils choisissent Orsay pour construire des bâtiments de recherche à la hauteur des besoins.  La rue Irène et Frédéric Joliot-Curie dessert l’Institut de physique nucléaire dans la vallée, sur la commune d’Orsay. La rue Joliot-Curie (sans prénoms) se situe sur le plateau, sur la commune de Gif-sur-Yvette.

Edgar Lederer (1908-1988) : biochimiste, auteur d’importants travaux sur la chromatographie. Il commence sa arrière au CNRS, puis devient professeur de biochimie en 1958 à la Sorbonne avant de rejoindre Orsay en 1963 jusqu’à sa retraite en 1978. Médaille d’or du CNRS en 1974, il est élu à l’académie des sciences en 1982. Il dirige à partir de 1960 l’Institut de chimie des substances naturelles à Gif. Guinier lui propose en 1960-1961 de participer à la création de l’institut de biochimie projeté à Orsay, et qui ouvre en 1963. «Je faisais la navette entre Gif et Orsay, quatre kilomètres par une route directe. Les gens appelaient ça “le boulevard Lederer” parce que j’avais obtenu d’André Guinier de le faire asphalter!» (témoignage au comité d’histoire du CNRS).

Michel Magat (1908-1978) : chercheur en chimie physique. Formé en Allemagne, il rejoint le laboratoire de chimie physique de Paris, dirigé par Edmond Bauer. En 1960, il installe à Orsay son laboratoire de physico-chimie des rayonnements. Michel Magat a joué un rôle considérable dans l’organisation du pôle de chimie physique d’Orsay, et avait un important rayonnement international.

Jacques Noetzlin (1898-1972) : physicien et vulcanologue. Jacques Noetzlin est le fils d’Édouard Noetzlin, président de la banque de Paris et des Pays-Bas, et propriétaire du château de Button dans le centre de Gif-sur-Yvette. Il fait des études de droit puis de physique à la faculté de Paris, et se lie d’amitié avec Frédéric Joliot-Curie rencontré dans le cours de Jean Perrin. Après la guerre qu’il passe comme combattant dans les FFL, il décide de vendre le domaine de Gif au CNRS, dont Joliot est directeur. Il en demande un prix symbolique, à condition que le parc et le château continuent d’être entretenus. La rue Noetzlin (sans prénom) se trouve sur le plateau du Moulon, sur la commune de Gif-sur-Yvette. Son tracé a été modifié par les travaux de construction du projet Paris-Saclay.

Georges Poitou (1926-1989) : mathématicien. Professeur à Orsay à partir de 1965, il est doyen de la faculté des sciences d’Orsay de 1968 à 1970, et finira sa carrière comme directeur de l’ENS Ulm de 1981 à 1989. Georges Poitou est le fondateur de l’orchestre symphonique du campus, et a particulièrement soutenu la création du jardin botanique, organisant avec René Nozeran le service des espaces verts. Il était particulièrement populaire auprès des étudiants, et avait fait installé 200 panneaux d’affichage pour favoriser l’expression des idées dans le contexte post-1968. Il a également lancé un bulletin d’information hebdomadaire. En 1969, il fait goudronner l’allée qui relie le restaurant des Cèdres à la bibliothèque universitaire : pour le remercier, les étudiants la baptisent “passage Georges Poitou” (lire toute l’histoire sur le site de l’AFREUBO). Il est possible que la rue portant actuellement son nom ait été choisie en raison de la proximité avec cette allée!

Joseph Pérès (1890-1962) : mathématicien et physicien. Nommé à la faculté des sciences de Paris en 1932, élu membre de l’académie des sciences en 1942, il est doyen de la faculté des sciences de Paris de 1954 à 1961. Dans ces fonctions, il est à l’origine de la création du campus d’Orsay et le co-fondateur de l’IHES (institut des hautes études scientifiques) qu’il présidera de 1958 à 1962.

André Rivière (1904-1988) : géologue. Spécialiste de sédimentologie, André Rivière a enseigné à l’université de Téhéran avant d’être recruté à l’université de Paris en 1938. En 1958, il est le premier géologue à venir enseigner sur le jeune campus d’Orsay. Il constitue progressivement des équipes et grâce à son action, le bâtiment 504 est construit pour accueillir la recherche en géosciences. La rue a été baptisée à la fin des années 2000, pour clarifier l’appellation des rues du belvédère. Les personnels du département des sciences de la terre ont été consultés, et le nom d’André Rivière a été proposé par Philippe Masson, géologue et doyen de la faculté des sciences, en hommage à cette figure importante et relativement oubliée (merci à Philippe Masson pour ce témoignage personnel).

Jean Teillac (1920-1994): physicien, il a été directeur de l’Institut de physique nucléaire de 1959 à 1970, directeur de la section Physique-Chimie de l’Institut Curie de 1958 à 1976, directeur de l’Institut du Radium de 1959 à 1970. En 1971, il fonde l’IN2P3 (Institut national de physique nucléaire et de physique des particules) qu’il dirige de 1971 à 1975, avant de devenir haut-commissaire à l’énergie atomique de 1975 à 1983.

Carte du campus d'Orsay

Les toponymes descriptifs sur le campus d’Orsay (schéma : Émilia Robin — CC BY-NC-SA)

Les noms liés à la recherche

Cette catégorie pourrait aussi s’appeler : les noms poétiques… Il s’agit des deux voies suivantes :

  • L’allée des découvertes, axe nord-sud tracé dès les années 1960. Son nom pourrait faire écho à un ouvrage paru chez Vuibert en 2005, intitulé Les 100 plus belles découvertes d’Orsay. Cet ouvrage de médiation met en valeur des découvertes scientifiques réalisés à la Faculté des Sciences d’Orsay, et ayant eu un impact notoire.
  • La rue des Adèles, petite rue située en face de l’entrée de la bibliothèque et donnant accès au bâtiment 425, qui a longtemps abrité les mathématiques. C’est une référence à un objet en théorie des nombres, un trait d’humour matheux, et peut-être un hommage indirect à Hubert Delange, professeur de mathématiques à Orsay de 1958 à 1982.
Carte des rues du campus d'Orsay

Les toponymes poétiques sur le campus d’Orsay (schéma : Émilia Robin — CC BY-NC-SA)


Emilia Robin

Chercheuse associée à l'UMR SIRICE. Violons d'Ingres : guerre froide, médiation scientifique, logiciels libres

Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. Jean-Claude ROYNETTE dit :

    cette toponymie a été initiée à l’occasion d’un schéma directeur du campus commandé par le décanat au début des années 2000. Cette initiative confiée à l’une d’entre nous Annette Vigny avait pour but de donner un peu de chair au campus et dépasser la situation de l’époque où les lieux étaient définis par des numéros de bâtiments attribués de façon un peu obscure pour qui venait de l’extérieur.
    On peut effectivement regretter l’absence de femmes et 20 années plus tard, cette anomalie apparaît monstrueuse. Ce ne fut pas le cas à l’époque (les temps ont changé) mais les noms attribués correspondent réellement à des scientifiques en rapport avec les lieux décrits. Je suis d’accord que par exemple on aurait pu citer Yvette Cauchois au voisinage du labo Elyse. Peut-être faudrait-il en faire la proposition.

    • Emilia Robin dit :

      Cher Jean-Claude Roynette, merci pour ces précisions sur une époque que vous avez connue de près! La rue dont vous parlez porte actuellement le nom de Michel Magat, dont le rôle fut essentiel au laboratoire de chimie physique d’Orsay. Ici on a un hommage à une personnalité locale, comme pour les rues Lederer ou Rivière.

  2. vernicos dit :

    il semblerait que les femmes de sciences n’existent pas

    • Emilia Robin dit :

      Bonjour, et merci pour votre commentaire. En effet, en ce qui concerne les rues qui ont été nommées avant 2010, il n’y a pas de noms de femmes, à l’exception de l’avenue “Irène et Frédéric Joliot-Curie”. Cela tient à trois facteurs : le choix de personnalités scientifiques historiques, qui étaient majoritairement masculines; le fait que les positions de pouvoir étaient massivement tenues par des hommes (en ce qui concerne les hommages aux figures de l’université); et évidemment une forme d’invisibilisation.

      Depuis 2010, dans le cadre des constructions du projet Paris-Saclay, l’on s’est orienté vers une toponymie plus inclusive : rues Wangari Maathai, Sophie Germain, Yvette Cauchois; résidences Eileen Gray, George Sand, Émilie du Châtelet; bâtiment Ada Lovelace.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search