Quand l’art s’exposait sur le campus d’Orsay

En quelques mots : en 1978, une trentaine de sculptures monumentales ont transformé pendant plusieurs mois le campus d’Orsay en musée à ciel ouvert. Retour sur cet événement oublié, mais qui représenta un moment significatif dans une politique d’ouverture de l’université vers l’extérieur.


En consultant le bulletin d’information de l’université Paris-Sud, disponible à la BNF sous la cote 4-JO-26901, un numéro spécial a attiré mon attention. Publié en mai ou en juin 1978, il évoquait une exposition majeure d’art contemporain sur le campus d’Orsay de l’université. Si ce campus est connu pour ses œuvres d’art qui font l’objet d’une politique patrimoniale active, cette exposition, quant à elle, semble complètement oubliée et je n’en avais jamais vu la trace encore. Une recherche en ligne sur les noms des artistes a révélé des liens très denses entre ces créateurs, et des pistes prometteuses pour une recherche plus approfondie.

L’exposition

Du 25 mai au 15 octobre 1978, l’université Paris-Sud accueillit, sur son site d’Orsay, une exposition de sculptures monumentales intitulée “L’art, l’homme et la science”. L’occasion en fut fournie par la remise de diplômes de doctorat honoris causa à quatre chercheurs, le 14 juin 1978 : Derek Ager (Royaume-Uni, géologie), Igor Chafarevitch (URSS, mathématiques), Henry Eyring (États-Unis, chimie) et Ernest Wenkert (États-Unis, chimie des substances naturelles).

Jean-Pierre Kahane, alors président de l’Université Paris-Sud, racontait ainsi la genèse de l’exposition dans le bulletin  de présentation : «L’idée de cette exposition de sculpture monumentale contemporaine sur les pelouses de notre Campus vient d’une rencontre entre le sculpteur Molinari et des membres de notre université, l’an dernier, à une réception organisée par le Conseil Général de l’Essonne.»

Au total, l’on put découvrir 32 œuvres de 26 artistes originaires du monde entier : France, Espagne, Italie, Bulgarie, Argentine, Japon, Vietnam, Canada, Cuba, Pérou. Réparties sur tout le campus, vallée et plateau, elles proposaient à la fois une découverte dans l’art contemporain et une exploration du domaine universitaire.

Liste des artistes exposant sur le campus d'Orsay en 1978

Liste des artistes exposant sur le campus d’Orsay en 1978 (Bulletin d’information de l’université Paris-Sud, centre d’Orsay, numéro spécial, mai 1978)

Carte des oeuvres exposées sur le campus d'Orsay en 1978

Carte des œuvres exposées sur le campus d’Orsay en 1978 (Bulletin d’information de l’université Paris-Sud, centre d’Orsay, numéro spécial, mai 1978)

Le but explicite de l’exposition était, en effet, de permettre une double rencontre : d’une part entre le monde universitaire et le monde artistique, d’autre part entre le grand public et l’espace universitaire. De manière significative, la moitié du bulletin est consacré à l’université, pour clarifier les dimensions institutionnelles de l’établissement : faculté des sciences, université d’Orsay, université de Paris-Sud, complexe scientifique d’Orsay. Cet enjeu d’ouverture se concrétisera entre autres avec les premières journées portes ouvertes de l’université Paris-Sud le 16 janvier 1982.

Présentation de l’exposition “l’art, l’homme et la science” à l’université Paris-Sud en 1978 (Bulletin d’information de l’université Paris-Sud, centre d’Orsay, numéro spécial, mai 1978)

Le choix des artistes

Le petit bulletin de 4 pages édité à l’occasion de l’exposition comprend une liste des artistes et l’éditorial de Jean-Pierre Kahane, mais aucune précision supplémentaire sur la genèse de l’exposition. On ne peut donc faire que des hypothèses pour comprendre ce qui les lie.

Les artistes représenté(e)s ont bien évidemment en commun d’être sculpteurs ou sculptrices, avec une prédilection pour les œuvres de grande dimension et l’abstraction.

D’autre part, ils font vraisemblablement partie du réseau de Louis Molinari, qui fut à l’origine du projet. La lecture des biographies disponibles en ligne permet d’affiner leurs relations. On voit en effet se dessiner un réseau d’artistes doublement structuré par les rencontres amicales (autour d’Alicia Penalba par exemple) et professionnelles. Ce sont en particulier :

  • les entourages d’Ossip Zadkine, de Jean Arp ou encore de l’académie de la Grande Chaumière;
  • la ville italienne de Pietrasanta, où plusieurs plusieurs participants ont séjourné et découvert la sculpture sur marbre;
  • les salons, notamment «Réalités nouvelles» et le salon de la Jeune Sculpture.
  • les collectionneurs, comme Yvonne et Christian Zervos.

L’on peut ajouter que pour la plupart, ce sont des artistes déjà installé(e)s : la plupart d’entre eux ont plus de 45 ans, à trois exceptions près : Pierluca présent à titre posthume, et les deux “benjamins” Daniel Couvreur (37 ans en 1978) et Esther Lapointe (31 ans).

Artistes et territoire

L’exposition est internationale du fait de la nationalité des artistes, mais tous se sont formés à Paris, au moins en partie. De plus, presque tous résident et créent en région parisienne. En particulier, un grand nombre occupe un atelier dans le sud parisien : Andréou à la Ville-du-Bois, Pierluca à Bois-d’Arcy, Boyan à Chaville, Cárdenas à Meudon, Derbré à Arcueil, Diem à Fontenay-aux-Roses, Caroline Lee à Vanves-Malakoff, Thomas d’Hoste à Viroflay, Penalba à Montrouge, Tarabella et Lapointe à Versailles, Molinari à Sainte-Geneviève-des-Bois. De son côté, Hanich fut l’assistant de Léger qui finit ses jours à Gif-sur-Yvette.

De plus, plusieurs participants sont en contact avec l’administration à travers les commandes publiques dans les années 1960-1970 et après. Parmi eux :

  • Boyan crée deux sculptures monumentales pour Noisy-le-Sec et Châtenay-Malabry;
  • Cárdenas dans les années 1970 vend cinq œuvres à l’État;
  • Cardot réalise une fontaine pour le CHU de Saint-Étienne en 1969, un monument à la résistance et à la déportation à Créteil en 1975, et se tourne alors principalement vers la commande publique;
  • Delfino signera en 1983 une sculpture installée à la Défense;
  • Gilioli réalise dans les années 1950-1970 plusieurs monuments d’hommages aux résistants (Vassieux-en-Vercors, le plateau des Glières…)
  • Davos Hanich signe «Les Faisceaux» qui ornent la rue intérieure de Flaine en 1970-1971;
  • Caroline Lee réalise une sculpture-fontaine à Sarcelles en 1972;
  • Gaetano di Martino est l’auteur entre autres de la statue «Le Scribe» devant les archives départementales de Seine-Saint-Denis à Bobigny (1983);
  • Louis Molinari réalisera plusieurs sculptures pour la ville nouvelle d’Évry;
  • Alicia Penalba contribue à l’aménagement des jardins du domaine universitaire de Talence-Bordeaux;
  • L’École polytechnique achète Froidamante en 1979 à Antoine Poncet dont les sculptures sont déjà présentes dans plusieurs IUT en France;
  • José Subirà-Puig signe “Tempo” à la faculté de médecine de Bordeaux en 1978.

 

Ces artistes, pris collectivement, entretiennent ainsi un lieu assez étroit avec le territoire et les collectivités publiques, venant confirmer une hypothèse suggérée par l’âge des intervenants : ont exposé à  Orsay des artistes confirmé(e)s et non des jeunes créateurs. Dans ces conditions, l’on comprend mieux pourquoi Louis Molinari et les dirigeants de l’université se sont rencontrés lors d’un événement au conseil général de l’Essonne. Il faudrait approfondir cette dimension pour mieux situer l’exposition dans le cadre plus large des politiques de l’urbanisme et de la culture dans les années 1970.

 

Quel impact?

La question de l’impact se pose à de multiples niveaux :

  • Comment la communauté universitaire a-t-elle perçu cette exposition? Au-delà de la réception pour les docteurs honoris causa, des rencontres ou visites ont-elles été organisées pour découvrir les sculptures et leurs auteurs?
  • De même, comment et dans quelle mesure la population locale a-t-elle été impliquée? L’exposition a-t-elle atteint son but, qui était d’ouvrir davantage le campus vers les communes riveraines?
  • A-t-on constaté, dans les établissements d’enseignement et recherche ou dans les communes, un regain d’intérêt pour la création plastique, se concrétisant par exemple par l’ouverture de clubs de sculpture?
  • Pourquoi les artistes ont-ils accepté de participer, comment ont-ils choisi leurs œuvres, et que représente l’épisode “Orsay” dans leur carrière, leurs stratégies de visibilité, leur réseau de commanditaires?
  • Quelles traces enfin reste-t-il de cet événement?

L’unique document disponible pour l’instant ne permet pas de répondre à ces questions. Mais son analyse historique révèle des dimensions insoupçonnées, qui vont au-delà du simple argument artistique.

Liste des artistes

Franco Adami (né en 1933) — https://fr.wikipedia.org/wiki/Franco_Adamihttps://francoadami.wordpress.com/

Constantin Andréou (1917-2007) — https://fr.wikipedia.org/wiki/Constantin_Andr%C3%A9ou

Boyan (Rainov) (1921-2005) — http://www.noisylesec-histoire.fr/2014/11/lart-moderne-a-noisy-une-statue-pour-la-ville/

Agustín Cárdenas (1927-2001) — https://fr.wikipedia.org/wiki/Agust%C3%ADn_C%C3%A1rdenashttps://www.cnap.fr/les-reveries-d%E2%80%99agustin-cardenas

Jean Cardot (1930-2020) — https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean_Cardot

Daniel Couvreur (1944-2013) — https://dictionnaire.espaceartactuel.com/artistes/couvreur-daniel-1944-2013/

Leonardo Delfino (né en 1928) — http://www.bertrand-cayeux.com/?Bio-Delfino

Louis Derbré (1925-2011) — https://derbre.com/ — https://fr.wikipedia.org/wiki/Louis_Derbr%C3%A9

Diem Phung Thi (1920-2002) — http://patrick.guenin2.free.fr/cantho/infovn/phungthi.htm

Émile Gilioli (1911-1977) — https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89mile_Gilioli

Raymond Gosselin (né en 1924) — http://raymond-gosselin-sculpteur.fr/

Alberto Guzmán (1927-2017) — https://fr.wikipedia.org/wiki/Alberto_Guzm%C3%A1nhttp://ad-mary44.over-blog.com/2017/11/alberto-guzman-sculpteur-d-origine-peruvienne-vient-de-s-eteindre-a-l-age-de-90-ans.html

Davos Hanich (1922-1987) — https://fr.wikipedia.org/wiki/Davos_Hanichhttps://www.centredartdeflaine.com/oeuvres/faisceaux-davos-hanich

Imoto Atsushi (1915-1984) — https://fr.wikipedia.org/wiki/Imoto_Atsushi

Esther Lapointe (1947-1980) — https://dictionnaire.espaceartactuel.com/artistes/lapointe-esther-1947-1980/

Caroline Lee (1932-2014) — https://fr.wikipedia.org/wiki/Caroline_Lee http://carolineleesculptures.com/

Gaetano di Martino (1922-2006) — https://fr.wikipedia.org/wiki/Gaetano_Di_Martino

Louis Molinari (né en 1932) — https://www.essonne.fr/culture-loisirs-tourisme/lactualite-culture-loisirs-tourisme/sculpteur-ne

Fumio Otani (1929-1995) — https://allersimple24.com/portfolio-item/otani/

Alicia Penalba (1913-1982) — https://fr.wikipedia.org/wiki/Alicia_Penalba https://penalba.com/

Pierluca (1926-1968) — http://www.bertrand-cayeux.com/?bio-pierluca

Antoine Poncet (né en 1928) — https://fr.wikipedia.org/wiki/Antoine_Poncethttps://www.martel-greiner.fr/artists/antoine-poncet/

José Subirà-Puig (1925-2015) — http://www.j-subira-puig.com/https://fr.wikipedia.org/wiki/Jos%C3%A9_Subir%C3%A0-Puig

Viliano Tarabella (1937-2003) — https://www.martel-greiner.fr/artists/benito-viliano-tarabella/

Louis Thomas-d’Hoste (1932-2018) — http://galerie-art-aujourdhui.com/index.php/fr/les-artistes/les-sculpteurs/283-louis-thomas-d-hoste.html

Antonio Virduzzo (1926-1982) — https://fr.wikipedia.org/wiki/Antonino_Virduzzo

 


Pour aller plus loin :

Brouzeng, Paul, Coudray, Christiane, Marx, Rose, et Sergolle, Henri, Orsay, un jardin pour la science, Les Ulis : EDP Sciences, 2005, 207 p. Ouvrage richement illustré, en chapitres thématiques parcourant le campus, les formations, les différents aspects de la recherche.

Rinuy, Paul-Louis, La sculpture contemporaine, Saint-Denis : Presses universitaires de Vincennes, coll. «Libre cours», 2016, 188 pages. En 6 chapitres, un parcours thématique à travers les tendances qui parcourent la sculpture depuis 1945.


Emilia Robin

Chercheuse associée à l'UMR SIRICE. Violons d'Ingres : guerre froide, médiation scientifique, logiciels libres

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search