Les lieux de Supélec (1) : Paris, Malakoff, Lyon

En quelques mots : l’École Supérieure d’Électricité, créée à Paris en 1894, s’est ensuite fixée à Malakoff. Dans les années 1970, elle ouvre une antenne à Rennes et déménage elle-même à Gif-sur-Yvette, avant d’ouvrir une seconde antenne à Metz en 1985. Cette histoire mouvementée s’explique par les transformations internes de l’École et la politique nationale de décentralisation. Cette première partie couvre la période 1894-1967.


Rue de Staël : le temps des fondateurs (1894-1927)

En 1888, la toute jeune Société internationale des électriciens crée le laboratoire central d’électricité. Celui-ci occupe des locaux provisoires place Saint-Charles, puis s’installe en juin 1893 au 12 rue de Staël, toujours dans le XVe arrondissement de Paris.

Un laboratoire de l'École supérieure d'électricité rue de Staël en 1921 (source : BNF Gallica - Agence Rol)

Un laboratoire de l’École supérieure d’électricité rue de Staël en 1921 (source : BNF Gallica – Agence Rol)

Pour former les ingénieurs à la toute nouvelle science de l’électricité, Eleuthère Mascart, le président de la commission de direction du laboratoire, ouvre le 3 décembre 1894 une école d’application. Destinée aux ingénieurs ayant déjà une formation généraliste, elle les formera en un an aux techniques de l’électricité, sous un angle à la fois théorique et pratique. Cette vision sera portée par Paul Janet, directeur de l’ESE et du LCE de 1895 à sa mort en 1937.

La formation de l’école supérieure d’électricité, formation de haut niveau en prise directe sur les avancées de la recherche comme de ingénierie, rencontre un succès immédiat. Les cours théoriques sont assurés par des universitaires comme Janet, les cours pratiques par des praticiens de l’industrie. D’une quinzaine d’élèves la première année, on passe rapidement à près d’une centaine. Ce succès se confirme lors de l’ouverture d’un enseignement de TSF en 1911, qui devient une section radio en 1914. Dès 1919, une collaboration étroite se met en place avec l’université de Paris pour les cours d’électrotechnique.

Nombre de diplômes délivrés par l'École supérieure d'électricité entre 1894 et 1970 (source : Flux, no 59, automne 1970)

Nombre de diplômes délivrés par l’École supérieure d’électricité entre 1894 et 1970 (source : Flux, no 59, automne 1970)

Les locaux de la rue de Staël ne suffisant plus, l’on décide de faire construire un bâtiment propre à l’ESE : un terrain est acheté non loin, à Malakoff, en juillet 1924. De son côté, le laboratoire central d’électricité devient LCIE, laboratoire central des industries électriques, en 1942. Après la guerre, il déménagera à Fontenay-aux-Roses, où il se trouve toujours.

 

Malakoff : l’école en ses murs (1927-1975)

L’école est construite entre 1925 et 1927 sur le terrain d’une ancienne briqueterie, d’une superficie de 16000 m2 (1,6 hectares). Elle a été financée par la Société française des électriciens, plusieurs entreprises privées, les chambres de Commerce et d’Industrie, et enfin une aide de l’État.

La première pierre est posée le 9 novembre 1925 et l’inauguration officielle a lieu deux ans plus tard, le 10 novembre 1927. C’est un bâtiment Art Déco dessiné par les architectes Jean Papet et André Raimbert, tandis que l’agencement et le programme décoratif sont dûs à Georges Appia. Les bâtiments ont été inscrits à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques en 2004.

L'école supérieure d'électricité au milieu des années 1950 (carte postale Delcampe)

L’école supérieure d’électricité au milieu des années 1950 (carte postale Delcampe)

Installée à la limite de Malakoff et de Paris, c’est au départ un bâtiment isolé, entouré de boue, demandant de traverser la «zone» des anciennes fortifications.

La scolarité dure alors un an : elle sera portée à 2 ans en 1939 et 3 ans en 1964.

Supélec Malakoff, la grande salle des machines (Flux, no 31, 1963)

Supélec Malakoff, la grande salle des machines (Flux, no 31, 1963)

Il n’y a pas de résidence étudiante, pour deux raisons. La première est que les élèves sont recrutés à l’issue d’une formation d’ingénieur, et que l’on suppose qu’ils ont déjà résolu la question de leur logement. La deuxième raison est que l’on souhaite former des ingénieurs au contact avec la vie réelle, par opposition au vase clos que représenterait une résidence propre à l’ESE. Les étudiants logent donc en ville, chez leurs parents, dans des locations ou chez l’habitant.

L’ouverture de l’école de Malakoff permet cependant de poser les bases d’une vie collective (cantine sur place, activités sportives et culturelles), créant ainsi une ébauche d’une identité commune. Le raccourci “Supélec” apparaît également dans l’entre-deux-guerres, et s’imposera durant les Trente Glorieuses.

Vue aérienne de Supélec à Malakoff (Flux, no 31, 1963)

Vue aérienne de Supélec à Malakoff (Flux, no 31, 1963)

 

Lyon : les vicissitudes de la guerre (1941-1944)

La guerre modifie les conditions de fonctionnement. Durant l’année scolaire 1940-1941, la scolarité est ramenée à un an. De plus, l’occupant ferme la section radio. Celle-ci réouvre en mars 1942 en zone libre, à Lyon, dans des locaux de l’École centrale lyonnaise, rue Chevreul. À partir d’avril 1943, elle fonctionne dans des locaux industriels mis à sa disposition.

Le bâtiment de l'École centrale lyonnaise avant son déménagement à Écully (crédits : ECL / Marcel Mazeau)

Le bâtiment de l’École centrale lyonnaise avant son déménagement à Écully (crédits : ECL / Marcel Mazeau)

L’on craint alors que le fonctionnement autonome des deux sites (électricité à Malakoff, radio à Lyon) ne débouche sur une scission de l’ESE en deux écoles. Mais dès la Libération, les cours reprennent sur le site de Malakoff.

Retour à Malakoff : la crise de croissance (1945-1975)

Conçu pour 200 élèves, le bâtiment de Malakoff en accueille près de 800 au à la fin des années 1960. Cela s’explique par de multiples facteurs : l’augmentation de la taille des promotions, l’allongement de la scolarité à 2 ans en 1938 puis 3 ans en 1964, le développement du travail en groupes et de «petites classes» de TP à partir des années 1960, l’apparition de nouvelles options comme l’informatique demandant des locaux, les débuts de la formation continue.

Le Centre de Calcul de Supélec en 1963, avec un ordinateur CAB 500 (Flux, no 31, 1963, p. 25)

Le Centre de Calcul de Supélec en 1963, avec un ordinateur CAB 500 (Flux, no 31, 1963, p. 25)

Les quelques agrandissements réalisés ne suffisent pas. L’une des pistes serait de s’agrandir sur les terrains voisins. L’autre option est de trouver un nouveau terrain : l’on pourrait réorganiser complètement l’école (enseignement, recherche, vie collective). De plus, on pourrait construire une résidence étudiante : celle-ci devient indispensable pour loger les élèves en formation sur plusieurs années après la prépa, alors que les places sont très rares en cités universitaires.

Cette réflexion est alimentée par deux phénomènes : d’une part la pression de l’État, qui souhaite développer les régions en décentralisant les grandes écoles parisiennes. D’autre part une crise interne à l’école : pertinence du projet pédagogique (les “courants forts” : transport de la force, attirent bien moins les élèves que les “courants faibles” : transport de l’information), crise financière (EDF diminue son soutien à une école qui forme plus d’électroniciens que d’ingénieurs électriciens), crise de gouvernance découlant de ces problèmes. Ceci conduit l’Éducation nationale à intervenir en 1960. Des rumeurs plus ou moins fondées circulent : une scission en deux sites (l’électricité à Malakoff et l’électronique à Orsay), un transfert à Nantes, une reconstruction à Villetaneuse.

Parmi les éléments clés de la réforme de Supélec : la convention entre l’Université de Paris et la Société française des électriciens le 15 janvier 1963. Cette convention organise la subvention du ministère de l’Éducation nationale à l’école, via l’Université de Paris (l’université Paris-Sud jouera ce rôle à partir de 1974). Elle prévoit également que l’Université de Paris financera la reconstruction de Supélec si un déménagement est décidé.

Dès lors, il semble acquis que l’école ira en banlieue sud, où l’Éducation nationale a acquis le plateau du Moulon dès la fin des années 1950. Le lieu exact n’est pas encore défini, la taille de la parcelle non plus (30 hectares, 60 hectares?). L’horizon ou la date n’en sont pas non plus fixés, et les problèmes sont nombreux à résoudre : accès au plateau de Saclay, logement des élèves, caractère étouffant d’une scolarité confinée sans distractions locales, etc.

Les deux documents ci-dessous reflètent la perception ambivalente de ce déménagement : un mélange d’espoirs et de craintes concernant la vie matérielle (article d’un étudiant, extrait de «La vie du Supélec à Paris», brochure «ESE 1965»), et un certain attentisme institutionnel (conclusion du rapport de Henri Masbonson à l’Assemblée générale de l’amicale des anciens en mars 1967).

Fin 1967 pourtant, on annonce que Supélec partira en Bretagne… Lire la suite!


Sources :

Flux, revue des de l’amicale des anciens élèves et diplômés de Supélec. Elle paraît de 1957 à 2019 avant de fusionner avec Centraliens (Paris) pour donner CentraleSupélec alumni.

Girolamo Ramunni et Michel Savio, 1894-1994 : 100 ans d’histoire de l’École supérieure d’électricité, Gif-sur-Yvette : Supélec, 1995, 304 p. Ouvrage de référence, axé sur l’histoire du projet pédagogique de l’ESE et, par ce biais, de son inscription dans les structures de l’enseignement supérieur privé et public, universités et grandes écoles, État et entreprises privées.

Malakoff Patrimoine, site participatif très fourni consacré au patrimoine architectural et historique de la commune

Le site de Michel Mathieu, incroyablement riche en documentation sur l’histoire de l’ESE


Emilia Robin

Chercheuse associée à l'UMR SIRICE. Violons d'Ingres : guerre froide, médiation scientifique, logiciels libres

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 25 avril 2022

    […] en savoir plus, voir Les lieux de Supélec (1) : Paris, Malakoff, Lyon et Les lieux de Supélec (2) : Rennes, Gif, […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search