Les lieux de Supélec (2) : Rennes, Gif, Metz

En quelques mots : l’École Supérieure d’Électricité, créée à Paris en 1894, s’est ensuite fixée à Malakoff (voir la première partie). Dans les années 1970, elle ouvre une antenne à Rennes et déménage elle-même à Gif-sur-Yvette, avant d’ouvrir une seconde antenne à Metz en 1985. Cette histoire mouvementée s’explique par les transformations internes de l’École et la politique nationale de décentralisation. Cette deuxième partie couvre la période 1967-1985.


Remarque préalable : la décentralisation des grandes écoles est une histoire assez mal connue, au-delà de la chronologie des déménagements et des argumentations officielles. Le transfert de Supélec est l’un des aspects de mes recherches actuelles, pour comprendre le détail des négociations et des projets successifs (ou parallèles). Les compléments d’information et de documentation dont donc très bienvenus!

Rennes 1972 : un nouveau pôle technologique

En décembre 1967, à la suite d’une conférence de presse du gouvernement, la presse et la télévision annoncent que l’ESE ira à Rennes. En effet, depuis plusieurs années, une politique de décentralisation a commencé : pour ne pas concentrer l’enseignement supérieur à Paris les grandes écoles sont invitées à quitter Paris pour des implantations en régions. C’est ainsi que l’école supérieure d’aéronautique (Supaéro) et l’école nationale de l’aviation civile quittent Paris pour Toulouse en 1970.

L’Amicale des anciens de Supélec est stupéfaite, et lance une campagne de mobilisation contre ce projet. Elle détaille ses arguments dans le numéro 51 sa revue Flux, au printemps 1968 : ce transfert «n’aurait sur le plan régional que des résultats illusoires et de courte durée», mais coupera Supélec de ses racines. En effet, l’école s’inscrit «dans un milieu universitaire, scientifique, technique et industriel» et le corps professoral d’appui est recruté parmi les ingénieurs de la région parisienne. D’autre part, il était convenu depuis 1963 que l’école ira en région parisienne : aller à Rennes est donc contradictoire avec les projets antérieurs.

Éditorial du président de l'Amicale des anciens élèves de Supélec, contre le transfert de l'École à Rennes (Flux, no 51, printemps 1968, p. 3)

Éditorial du président de l’Amicale des anciens élèves de Supélec, contre le transfert de l’École à Rennes (Flux, no 51, printemps 1968, p. 3)

Des négociations s’ouvrent entre les parties concernées : l’école elle-même, l’Éducation nationale, la DATAR, la société française des électriciens, etc. Elles sont probablement ralenties par le contexte général : crise de mai 1968, élaboration et entrée en vigueur de la loi Faure sur l’organisation des universités, mesures budgétaires consécutives à la crise de 1968, changements politiques avec le départ du général de Gaulle et l’élection de Georges Pompidou à la présidence en 1969.

Un compromis est trouvé début 1970. Le comité de direction de Supélec en approuve les grandes lignes en février, et le comité interministériel pour l’aménagement du territoire le confirme le 17 décembre 1970. Le siège de l’école quittera Paris mais sera reconstruit en région parisienne, où se concentre une bonne partie de l’industrie électrique et surtout électronique. En revanche, Supélec participera au développement régional en ouvrant une antenne à Rennes, spécialisée dans l’informatique que Supélec développe depuis les années 1960.

Couverture du numéro 55 de Flux (automne 1969), numéro thématique consacré à l'enseignement de l'informatique à Supélec

Couverture du numéro 55 de Flux (automne 1969), numéro thématique consacré à l’enseignement de l’informatique à Supélec

 

Le site retenu en Bretagne se trouve sur la commune de Cesson-Sévigné, en périphérie de Rennes, mais c’est le nom de la métropole qui s’impose pour désigner la nouvelle antenne. Supélec y est voisine de l’École militaire supérieure des techniques de transmissions (future ESEAT), du centre universitaire de Beaulieu, de l’INSA. Plus largement, l’antenne s’inscrit dans le cadre du développement de l’électronique en Bretagne voulu par le gouvernement.

La construction, prioritaire, est très rapide.  Dès janvier 1971, les architectes Michel Herbert et Michel Longuet sont choisis. Sur ce site de 14 hectares, le bâtiment s’élève en quelques mois. D’une surface de 12000 m2, il comprend trois laboratoires (électronique, automatique, informatique). Le domaine inclut également, ce qui est nouveau par rapport à Malakoff, des terrains de sport et une résidence étudiante.

Les premiers personnels prennent possession des lieux le 17 août 1972. Le 4 octobre, la rentrée a lieu sur les deux sites de Malakoff et de Rennes. Quelques mois plus tard, le 20 janvier 1973, c’est l’inauguration officielle par Olivier Guichard (ministre de l’Aménagement du territoire) et Olivier Philip (préfet de la région Bretagne).

 

Lors de son ouverture, l’antenne de Rennes accueille plusieurs types de formation : une 1re année spéciale pour de très bons élèves d’IUT en vue de rejoindre le cursus ordinaire en 2e année, 3 sections de 3e année, 1 enseignement post-diplôme sur les réseaux informatiques, des sessions de formation continue. Au total, cela représente environ 130 élèves.

Vue de Supélec Rennes dans les années 2010 (auteur inconnu)

Vue de Supélec Rennes dans les années 2010 (auteur inconnu)

Gif-sur-Yvette 1975 : la cité des grandes écoles

Le nouveau siège de Supélec

Quelques mois après le début de la construction de Rennes, les budgets sont dégagés pour reconstruire Supélec à Gif-sur-Yvette. Pour ne pas perdre de temps, l’on décide de faire appeler aux mêmes architectes qu’à Rennes, dès janvier 1972. Ils décident d’utiliser les mêmes matériaux et la même approche architecturale. Ce choix pragmatique, guidé par l’urgence, contribue à la cohérence visuelle entre les sites.

Les travaux commencent en avril 1973 et dureront deux ans. Le nouveau bâtiment de 36000 m2 doit accueillir l’enseignement, la recherche et la formation continue, ainsi qu’un restaurant, plusieurs amphis, etc. Il est volontairement conçu d’un seul tenant pour favoriser la rencontre entre ses quelques 700 utilisateurs.

Brochure de présentation du nouveau bâtiment de Supélec à Gif-sur-Yvette, 1976 (archives municipales de Gif-sur-Yvette, dossier 2Z 345)

Brochure de présentation du nouveau bâtiment de Supélec à Gif-sur-Yvette, 1976 (archives municipales de Gif-sur-Yvette, dossier 2Z 345)

En 1970, lorsque le transfert à Gif est confirmé, Supélec est censée s’insérer dans un vaste ensemble de plusieurs grandes écoles s’installant dans une véritable ville au sud de Saclay (Polytechnique, Mines, Ponts et Chaussées, Agro…), desservie par une nouvelle ligne de RER. Cependant, au moment où la construction s’achève, le projet a été abandonné, et seule l’École polytechnique déménagera sur le plateau.

Le projet de la ZAC de la Martinière "grandes écoles", 1972 (archives de l'École polytechnique, titre I, section 2, carton 4 bis)

Le projet de la ZAC de la Martinière “grandes écoles”, 1972 (archives de l’École polytechnique, titre I, section 2, carton 4 bis). En bleu, les emprises des grandes écoles, en hachures les espaces urbanisés, en vert les les espaces verts. Supélec se trouve dans la partie “Ensemble universitaire du Moulon”.

La réception des bâtiments a lieu le 2 juin 1975 et le déménagement de Malakoff peut commencer. Quelques mois plus tard, la rentrée a lieu en octobre, de manière échelonnée : les étudiants de 3e année le 7 octobre, ceux de 2e année le 8 octobre, ceux de 1re année le 14.

Il faut attendre encore quelques mois pour l’inauguration officielle, le 19 juin 1976, avec la visite du président de la République Valéry Giscard d’Estaing.

La question complexe du logement des élèves

Une première résidence universitaire est construite en même temps que le bâtiment principal. Une deuxième résidence sera inaugurée en octobre 1994, et une troisième à la rentrée 2004.

Supélec en 1976 (Brochure de présentation du nouveau bâtiment de Supélec à Gif-sur-Yvette, 1976 - archives municipales de Gif-sur-Yvette, dossier 2Z 345)

Supélec en 1976 (Brochure de présentation du nouveau bâtiment de Supélec à Gif-sur-Yvette, 1976 – archives municipales de Gif-sur-Yvette, dossier 2Z 345)

La construction de logements pour les élèves est une rupture avec la politique suivie par l’école depuis sa fondation, et fait l’objet d’un débat interne à l’école et à l’amicale des anciens. En jeu : la gestion des distances, et l’ouverture des élèves sur un autre milieu que le leur.

D’un côté, la proximité entre école et logements permettra de créer une vie associative et culturelle. De l’autre, si l’on construit des résidences, on risque de construire un «campus-ghetto [qui] crée une scission entre l’étudiant et le monde actif», les élèves s’habituant à «vivre à part, en “élite privilégiée” diraient certains». Mais l’absence de transports en commun sur le plateau de Saclay ne permet pas de faire vivre les élèves dans les communes des alentours (Gérard Pellerin, «Le problème de la résidence des élèves de l’ESE à Orsay», Flux, no 68, mars 1973, p. 9).

Article : "Le problème de la résidence des élèves de l'ESE à Orsay", Flux, no 68, mars 1973

“Le problème de la résidence des élèves de l’ESE à Orsay”, Flux, no 68, mars 1973

L’isolement de Supélec sur le plateau du Moulon explique donc la construction de logements pour les élèves. C’est aussi un choix pédagogique : «L’apprentissage du travail en équipe, tant demandé par les industriels, parce qu’il est l’une des formes essentielles du travail d’aujourd’hui, n’aura plus pour obstacle majeur l’éloignement des élèves appartenant à une même équipe.» (interview d’André Blanc-Lapierre, directeur général de l’ESE, dans Gif Infos, décembre 1975, no 25, p. 5)

Le problème principal, cependant, et celui du financement de la résidence des élèves : l’Éducation nationale a financé le bâtiment principal, mais rien n’était prévu pour les logements. L’on décide de s’inspirer du modèle de l’École Centrale, qui a fait appel à ses anciens élèves pour la résidence de Châtenay-Malabry. Une structure est créée à l’automne 1974 entre l’école, l’amicale, la société des électriciens (SEE), l’association des élèves, pour collecter notamment la PEEC (participation des employeurs à l’effort de construction, actuelle Action Logement Service).

Le plateau du Moulon vers1991 (plaquette du Syndicat intercommunal pour l'aménagement du plateau de Saclay)

Le plateau du Moulon vers1991 (plaquette du Syndicat intercommunal pour l’aménagement du plateau de Saclay)

Parallèlement, les anciens lancent une collecte directe pour financer l’ameublement de la résidence. Les gros donateurs verront leur nom attribué à une chambre. Près de 500000 francs seront collectés, soit environ 275000 euros actuels.

En fin de compte, à la fin des années 1970, environ la moitié des élèves sont logés à proximité de l’école, en priorité ceux de première année. Les autres disposent d’appartements en colocation alentours, notamment aux Ulis.

Supélec vers 2005, avec la ferme du Moulon à gauche et les trois résidences (crédits photo : inconnu)

Supélec vers 2005, avec la ferme du Moulon à gauche et les trois résidences (crédits photo : inconnu)

Metz 1984 : une demande de l’État

Au printemps 1984, l’État lance un plan de reconversion industrielle de la Lorraine, touchée de plein fouet par le déclin de la sidérurgie. Supélec est à l’époque dans une situation paradoxale : l’institut Louis Harris l’a classée première école française pour la formation des électroniciens et des ingénieurs industriels; mais ses finances restent précaires en raison notamment de la crise économique et de l’amenuisement des contrats de recherche.

En janvier 1984, une convention est signée entre le ministère de l’Éducation nationale, le ministère de l’Industrie et de la Recherche, EDF, et d’autres partenaires pour stabiliser et pérenniser le financement de l’École. Quelques mois plus tard, l’État demande à Supélec d’ouvrir une antenne en Lorraine dans le cadre de la politique de reconversion. Il semble que l’on pense d’abord à Nancy, avant de choisir Metz.

Situation de Supélec dans l'agglomération de Metz (Flux, no 87, décembre 1984)

Situation de Supélec dans l’agglomération de Metz (Flux, no 87, décembre 1984)

L’antenne est construite dans l’espace du technopôle de Metz-Queuleu sur un terrain de 12 ha mis à disposition par la ville avec un bail emphytéotique. Soutenu par l’État et la municipalité, le processus est extrêmement rapide : plans en juillet, obtention du permis de construire le 6 septembre, pose de la première pierre est posée le 5 octobre 1984, réception des bâtiments le 4 septembre 1985. D’autre part, une résidence élèves de 150 places est construite par l’office public d’HLM de la ville de Metz, et des emplacements sont prévus pour des terrains de sport.

Pose de la première pierre de Supélec à Metz, 5 octobre 1984 (Flux, no 87, décembre 1984)

Pose de la première pierre de Supélec à Metz, 5 octobre 1984 (Flux, no 87, décembre 1984)

Jean Renouard, chef du service d’électrotechnique et d’électronique industrielle à Gif, est nommé directeur de l’établissement le 17 octobre 1984. On confie au cabinet Herbert-Longuet, déjà architecte des sites de Rennes et Gif, la construction du bâtiment principal de 13000 m2. Celui-ci est inspiré explicitement des précédentes réalisations, à la fois visuellement (lignes horizontales claires et sombres) et dans sa logique (bâtiment unique rassemblant les différentes fonctions). L’on affirme ainsi qu’il s’agit de la même école, sur trois sites.

Maquette du futur bâtiment de Supélec à Metz (Flux, no 87, décembre 1984)

Maquette du futur bâtiment de Supélec à Metz (Flux, no 87, décembre 1984)

À la rentrée 1985, Metz accueille en première année 15 élèves sur concours classique, 15 élèves titulaires d’un DUT en informatique, et 15 élèves issus d’une nouvelle voie d’accès (l’admission sur titre avec un DEUG, diplôme sanctionnant 2 années d’études universitaires). Deux spécialités nouvelles y sont enseignées en 3e année pour environ 60 élèves : Signaux, images et formes (traitement numérique du signal, de la parole et des images), et Intelligence artificielle et productique. D’autre part, l’établissement propose des modules de formation continue destinés en priorité aux ingénieurs en reconversion de la région Lorraine. Enfin, deux centres de recherche ouvrent sur le site.

Nouveau bâtiment de Supélec à Metz, septembre 1985 (Flux, no 93, octobre 1985)

Nouveau bâtiment de Supélec à Metz, septembre 1985 (Flux, no 93, octobre 1985)

La logique générale des études à Supélec est désormais la suivante : les élèves font une première année sur l’un des trois sites, puis font tous une deuxième année à Gif-sur-Yvette, avant de suivre leur spécialité de 3e année sur le site qui l’organise (Rennes, Gif ou Metz selon les cas).

Le bâtiment CentraleSupélec de Metz vers 2020 (auteur inconnu)

Le bâtiment CentraleSupélec de Metz vers 2020 (auteur inconnu)


Sources :

Flux, revue des de l’amicale des anciens élèves et diplômés de Supélec. Elle paraît de 1957 à 2019 avant de fusionner avec Centraliens (Paris) pour donner CentraleSupélec alumni.

Girolamo Ramunni et Michel Savio, 1894-1994 : 100 ans d’histoire de l’Ecole supérieure d’électricité, Gif-sur-Yvette : Supélec, 1995, 304 p. Ouvrage de référence, axé sur l’histoire du projet pédagogique de l’ESE et, par ce biais, de son inscription dans les structures de l’enseignement supérieur privé et public, universités et grandes écoles, État et entreprises privées.

Malakoff Patrimoine, site participatif très fourni consacré au patrimoine architectural et historique de la commune

Le site de Michel Mathieu, incroyablement riche en documentation sur l’histoire de l’ESE


Emilia Robin

Chercheuse associée à l'UMR SIRICE. Violons d'Ingres : guerre froide, médiation scientifique, logiciels libres

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search