Le plateau de Saclay en 1945

Comment l’arrivée des établissements des établissements d’enseignement supérieur et de recherche a-t-elle transformé le territoire Orsay-Saclay des années 1940 aux années 1970? Pour le mesurer, il faut tout d’abord comprendre comment s’organisait le territoire sur lequel sont venus s’implanter le CNRS, le CEA, la faculté des sciences et bien d’autres à partir de 1945.

La vidéo propose une analyse cartographique de l’espace Orsay-Saclay. Plus bas, le billet reprend le commentaire de la vidéo de manière plus détaillée et fournit une bibliographie.

Les illustrations de ce billet sont basées sur la photo aérienne de 1950 disponible sur le portail «Remonter le temps» de l’IGN. J’ai centré la vue sur la partie est du plateau de Saclay, avec les deux vallées de la Bièvre au nord-est et de l’Yvette au sud.

Occupation du sol

Carte : forêts, bourgs et transports autour du plateau de Saclay en 1945

Forêts (en vert), bourgs (en brun) et transports (routes en rouge, voies ferrées en blanc) autour du plateau de Saclay en 1945 — Auteur : Émilia Robin (CC BY-saclay.fNC-SA)

Sur le schéma, le vert signale les espaces forestiers : forêt de Verrières au nord, coteaux boisés le long des vallées. Il y a en effet un important dénivelé entre les vallées et le plateau, de l’ordre d’une centaine de mètres, avec à certains endroits des pentes raides, parfois supérieures à 20%.

Les plateaux de part et d’autre de la vallée de l’Yvette sont largement agricoles : nous sommes dans le Hurepoix, aux confins des terres de grande culture de la Beauce. Ce sont des terres argileuses, parmi les plus fertiles de la région parisienne[note 1]. D’autre part, le plateau de Saclay est parcouru par une série de rigoles construites dès le XVIIe siècle pour alimenter les pièces d’eaux du château de Versailles[note 2]. Ces rigoles jouent également un rôle important pour le drainage des parcelles cultivées et la gestion de l’eau sur le plateau.

Route de Versailles passant entre les 2 étangs de Saclay, pêcheurs

Début XXe siècle, la route de Versailles (N446) passant entre les 2 étangs de Saclay au niveau du pavillon du roi ou pavillon de l’étang. La pavillon abrite les mécanismes de régulation du niveau des eaux entre les deux étangs qui collectent l’eau du plateau à la suite des grands travaux du XVIIe siècle. Carte postale trouvée sur Delcampe.net

Dans les vallées, on voit s’installer à partir des années 1860 une importante activité de maraîchage destiné à Paris. Ces cultures sont encouragées par la présence de la ligne de Sceaux (la station de Lozère, alors hors agglomération, est créée pour permettre d’expédier les produits)[note 3]. Le maraîchage permet également de compenser la perte des vignes installées jusqu’alors sur les coteaux, et qui sont détruites par le phylloxéra. L’on cultive notamment des fraises et des haricots, mais aussi des fleurs et des fruits[note 4].

Ouvriers dans un champ de fraises

La cueillettes des fraises à Palaiseau, carte postale du début du XXe siècle. Hommes et femmes travaillent dans les champs. Le mur à l’arrière-plan permet d’adosser des cultures d’arbres fruitiers, ainsi protégés du froid et du vent – Source : https://lesmolieres91.blogspot.com/2019/01/orsay-palaiseau-91-embarquement-des.html

L’extraction du grès, utilisé pour les pavés des villes, est un autre vivier d’emploi local. À Orsay même, la carrière de la Troche fonctionne jusqu’en 1937, et celle de Bois-Persan jusqu’en 1960[note 5].

Vue d'une carrière avec un tas de pavés et une passerelle en bois

Carrière à Orsay dans les années 1900 ou 1910. Les carriers excavent la couche de terre superficielle puis la terre à meulière afin d’atteindre le socle en grès. Cela crée des dépressions que l’on franchit sur les passerelles en bois – Carte postale trouvée sur Delcampe.net

Une série de petites villes et villages ponctuent l’espace. Sur le schéma, j’ai utilisé le brun sombre pour signaler les centres historiques de ces communes. Elles sont encore modestes : en 1946, 5000 habitants à Orsay contre 15000 de nos jours, 8000 à Palaiseau contre 35000 de nos jours.

Les transports

Plusieurs axes routiers (en rouge sur le schéma) structurent le plateau de Saclay et la vallée de l’Yvette : la nationale 306 de Paris à Rambouillet, la nationale 188 de Paris à Chartres par Orsay, la nationale 446 de Versailles à Montlhéry, la départementale 96 de Palaiseau à Trappes, et enfin, non loin, on se raccroche à la nationale 20 de Paris à Orléans.

Côté transports en commun (en blanc sur le schéma), trois lignes desservent la région. Tout d’abord, la ligne de Sceaux relie la vallée de Chevreuse à Paris depuis le XIXe siècle, avec un terminus à la station Luxembourg. La ligne allait jusqu’à Limours, mais en 1939 la portion au-delà de Saint-Rémy-les-Chevreuse cesse d’être desservie. En revanche, elle est électrifiée en 1937,  ce qui réduit considérablement les temps de trajet : 29 minutes contre 52 auparavant pour aller d’Orsay à Denfert-Rochereau[note 6].

Rame de train dans une gare

Une rame Z à l’arrêt en gare de Gif-sur-Yvette au début des années 1960. Ces rames ont été mises en service lors de l’électrification de la ligne en 1939. Carte c’est la première ligne du réseau parisien à être électrifiée, en 1938-1939.postale trouvée sur Cparama

À Massy-Palaiseau, la ligne de Sceaux croise la ligne de grande ceinture de Versailles à Juvisy, avec ses deux branches nord et sud. Enfin, il ne faut pas oublier la ligne de Paris à Chartres par Gallardon. La jonction vers Paris n’ayant jamais été terminée, le terminus était en réalité à Châtenay-Malabry. Côté vallée de Chevreuse, la ligne desservait circulait sur le coteau opposé à la ligne de Sceaux. Elle desservait Villebon, Orsay (gare d’Orsay-État aujourd’hui disparue), Gometz-le-Châtel, Limours, puis continuait vers Chartres. La ligne n’a fonctionné que 9 ans, de 1930 à 1939[Note 7].

Spécificités locales

Les terroirs agricoles sont structurés par une série de grosses fermes, qui se modernisent très tôt. Les points orange indiquent les principales fermes de l’espace Orsay-Saclay : Viltain, Villeras, Villebois, Favreuse, La Vauve, Courtaboeuf, Villeziers, La Commanderie, Vandame, le Grand Ragonant, etc. Certaines sont toujours en activité de nos jours.

Carte : forêts, routes, voies ferrées, fermes, bourgs, aérodromes, forts

Structure de l’espace autour du plateau de Saclay en 1945 (routes en rouge, voies ferrées en blanc, bourgs en brun, emprises de l’État et aérodromes en jaune, fermes en orange) — Auteur : Émilia Robin (CC BY-NC-SA)

Une autre particularité de cet espace, c’est la présence de fortifications (en jaune sur le schéma). En effet, après la guerre franco-prussienne de 1870-1871, l’État décide de construire ce qu’on appelle le Camp Retranché de Paris, c’est-à-dire une série de forts qui permettront d’organiser la défense de la ville; c’est le programme Séré de Rivières lancé en 1874. À proximité de Saclay, nous avons 4 forts : le fort du Haut-Buc, le fort de Villeras, le fort de Palaiseau et le réduit de Verrières. Palaiseau et Verrières sont complétés par 2 et 5 bastions respectivement.

La vocation militaire se perpétue dans l’entre-deux-guerres, avec la construction de l’aérodrome de Vélizy-Villacoublay au nord (jaune sur le schéma). Sur le plateau de Saclay lui-même, l’on trouve deux aérodromes civils : celui de Louis Blériot à Buc (désormais remplacé par une zone d’activités), et celui de Toussus-le-Noble (en jaune sur le schéma, avec son extension de l’entre-deux-guerres). Et bien sûr, n’oublions pas l’aérodrome d’Orly qui se développera considérablement après 1945.

Vue aérienne sur le village de Toussus-le-Noble (maisons et champs)

Vue aérienne du village de Toussus-le-Noble et du plateau de Saclay au début des années 1910. Les frères Farman étaient des sportifs, aviateurs et constructeurs d avions, dont l’usine se trouvait à Billancourt. Leur compagnie aérienne est intégrée à Air France en 1933 – Photo trouvée sur Delcampe.net

Le développement de l’urbanisation

Parallèlement, l’urbanisation se développe autour des bourgs originels, pour trois raisons essentielles : la liaison directe avec Paris par le train; l’exode rural qui voit l’arrivée de provinciaux (notamment de Bretons), qui trouvent à se loger dans un environnement semi-rural et moins coûteux que Paris. Enfin, troisième facteur, le déclin du maraîchage dès le début du XXe siècle, quand le développement des chemins de fer favorise les producteurs au-delà du bassin parisien et fragilise la production locale. Des terrains se retrouvent alors disponibles pour la construction.

Agence immobilière et annonces accrochées sur la façade

Dans les années 1930, agence immobilière à Orsay, installée devant la gare Orsay-Ville — Carte postale trouvée sur Delcampe.net

Dans un premier temps, au XIXe siècle, il s’agit surtout de villas pour la bourgeoisie parisienne séduite par le cadre bucolique des vallées. Mais à partir du début du XXe siècle, et encore plus après le vote des lois Loucheur et Sarraut en 1928, l’urbanisation change de nature, et la région attire une population plus modeste qui ne parvient pas à se loger décemment à Paris. Désormais, l’on voit apparaître des lotissements : un terrain est partagé en lots, les propriétaires créent une association syndicale et construisent eux-même leur habitation[note 8]. Ils bénéficient de prêts garantis par l’État, qui finance la moitié des travaux d’aménagement du quartier (trottoirs, routes, eaux usées, etc.). Les nouvelles rues ont statut de voies privées, et sont rarement goudronnées. Le plus souvent, on s’approvisionne à la fontaine. Quand tout est remboursé, l’association est dissoute et le lotissement est rattaché à la voirie communale. Il faudra attendre les années 1950 pour l’installation systématique de l’éclairage public, du tout-à-l’égout et de l’eau courante, et le goudronnage des rues.

Rue avec quelques petites maisons

Le lotissement de la Hacquinière à Bures-sur-Yvette au début du XXe siècle (date incertaine). Le quartier est relié à l’électricité, en revanche il n’y a pas d’éclairage. La route est stabilisée mais n’est pas pavée. — Source : https://lesmolieres91.blogspot.com/2016/01/gometz-le-chatel-bures-91-lotissements.html

Ces lotissements se développent dans les fonds de vallée, et sur les franges des plateaux à proximité des voies de circulation, par exemple le quartier de Mondétour à Orsay, le Val d’Albian à Saclay, ou encore le quartier de Belleville à Gif-sur-Yvette. Les nouveaux habitants cherchent généralement un cadre de vie plus sain que les immeubles insalubres de la capitale où ils continuent  à travailler.

Un espace intermédiaire

En fin de compte, en 1945, l’espace Orsay-Saclay est un espace intermédiaire, à la fois proche et loin de Paris.

La vallée de Chevreuse est proche de Paris grâce aux voies de communication qui permettent de s’y rendre en 45 minutes, et elle évolue lentement vers une civilisation urbaine. Par exemple Bures-sur-Yvette passe de 430 habitants en 1901 à presque 2000 en 1946.

En revanche, le plateau de Saclay est loin de Paris en ce sens qu’il est essentiellement agricole, et peu peuplé. L’on s’y rend facilement, mais on est déjà en rase campagne. Le plateau est donc perçu comme vide, donc disponible. C’est pourquoi il attire des activités demandeuses d’espace et potentiellement sources de nuisances, comme les aérodromes, et bientôt le centre d’études nucléaires du CEA.

 


Notes

[Note 1] Sur l’espace agricole du plateau de Saclay depuis le XXe siècle : Mouez Bouraoui, «L’invention paysagiste du plateau de Saclay : de la création des rigoles au plan d’actions paysagères», Le Courrier de l’environnement de l’INRA, no 36, mars 1999, p. 69-75 – En ligne : https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01203697 (consulté le 19 mars 2022). Voir également, pour une vision de long terme depuis le XXe siècle, Martine Debiesse, Terres précieuses. Témoignages de femmes et d’hommes qui font l’agriculture du Plateau de Saclay, éditions Grand Carroi, 2015, 288 p.

[Note 2] La rubrique Patrimoine du site de la commune de Saclay fournit une étude très complète sur ce système de rigoles : Serge Fiorese, “Le système hydraulique du plateau de Saclay”, janvier 2006 – En ligne : http://www.saclay.fr/sites/default/files/documents/Dossier%20patrimoine%20Etangs%20et%20Rigoles_Plateau%20de%20Saclay_0.pdf (consulté le 19 mars 2022)

[Note 3] Le quartier de Lozère a fait l’objet d’une très belle publication éditée par le GRAAL : Lozère-sur-Yvette. À l’ombre du cèdre, 1990, 152 p.

[Note 4] Laure de Biasi et Jean-Michel Roy, La grande histoire des légumes et de leurs terroirs en Île-de-France, Note rapide de l’Institut paris Région, no 868, octobre 2020 – En ligne : https://www.institutparisregion.fr/fileadmin/NewEtudes/000pack2/Etude_2435/NR_868_web.pdf (consulté le 18 mars 2022]

[Note 5] Le collectif du site “Inventaires ferroviaires de France” a réalisé un excellent historique des méthodes d’extraction du grès dans les carrières d’Orsay : http://www.inventaires-ferroviaires.fr/hd91/91471.1.pdf (consulté le 18 mars 2022).

[Note 6] Orsay, d’un village d’antan… aux techniques de demain, Orsay : Office municipal pour les loisirs et la culture, 1986, p. 325.

[Note 7] Le site personnel de Roland Arzul propose un historique précis de la ligne Paris-Chartres par Gallardon : http://roland.arzul.pagesperso-orange.fr/infrastructure/lignes_projets/gallardon1.htm (consulté le 18 mars 2022)

[Note 8] Sur le statut des lotissements, on peut lire le dossier déjà ancien mais toujours intéressant “La ville fragmentée. Le lotissement d’hier et d’aujourd’hui”, Villes en parallèle, no 14, juin 1989 : https://www.persee.fr/issue/vilpa_0242-2794_1989_num_14_1?sectionId=vilpa_0242-2794_1989_num_14_1_1044


Bibliographie complémentaire

Les associations d’histoire locale mènent depuis longtemps un énorme travail de recherche documentaire, qui donne lieu à de nombreuses publications. En particulier :

Le comité d’histoire locale d’Orsay et ses environs (CHLOE) :

  • Orsay, d’un village d’antan… aux techniques de demain, Orsay : Office municipal pour les loisirs et la culture, 1986, 437 p.
  • Ariane Wachthausen, Monique Wachthausen, Jacques Be”grand carroi” éditionsugras, et Pierre Cathala, Pierre, Orsay, d’un siècle à l’autre, à travers ses cartes postales, Orsay : Chloe, 2011, 160 p.

L’Atelier d’histoire locale de Bures-sur-Yvette (AHLBY) :

  • Bures-sur-Yvette, la mémoire d’une ville, Atelier d’histoire locale de Bures-sur-Yvette, 1994, 219 p.
  • Gilbert Boisdé, et André Souche, André (dir.), Du village à la ville. Bures-sur-Yvette, Atelier d’histoire locale de Bures-sur-Yvette, 2012, 225 p.

Dans les collections “Mémoire en images” et “Mémoire en images locaux” aux éditions Sutton, plusieurs titres concernent les vallées de l’Yvette et de la Bièvre :

  • Bernard Bertet, Gif-sur-Yvette, 2010, 128 p.
  • Bernard Bertet, Orsay, 2011, 128 p.
  • Bernard Bertet, Bures-sur-Yvette, 2012, 128 p. 12,50 euros.
  • Patrick Fournier, Claire Gauge et Élizabeth Grech, La Bièvre, 3 volumes : Tome I, La Haute Vallée, 2003, 128 p.; Tome II, la banlieue de Paris, 2003, 128 p.; Tome III, Une rivière dans Paris, 2004, 128 p.

Un ouvrage collectif faisant notamment le bilan des grandes transformations des Trente Glorieuses : Gif-sur-Yvette en quête de son histoire, Gif-sur-Yvette : Société des amis de Gif et alentours, 1992, 224 p.

Pour une vision plus générale sur l’histoire du plateau de Saclay, période actuelle incluse : Pierre Veltz, Petite ensaclaypédie, Paris : La Découverte, 2015, 151 p.

 


Emilia Robin

Chercheuse associée à l'UMR SIRICE. Violons d'Ingres : guerre froide, médiation scientifique, logiciels libres

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 25 avril 2022

    […] la situation du plateau de Saclay en 1945, le récit de l’arrivée des premiers établissements scientifiques et la présentation des […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search