Galerie photo : le campus d’Orsay (1955-1980)

En quelques mots : à partir de 1956 commence à Orsay la construction d’une annexe de la faculté des sciences de l’université de Paris. Celle-ci se développe considérablement dans les années 1960, et devient en 1971 faculté des sciences de l’université Paris-Sud (Paris 11). Cette galerie associe photos et extraits de plans afin de mieux comprendre les étapes de ce développement.

 


Les premiers bâtiments

En 1954, la faculté des sciences de Paris, qui étouffe dans ses murs, repère le domaine de Launay à Orsay. L’acquisition est rapide et les travaux commencent dès janvier 1956. Il s’agit alors des bâtiments de recherche fondamentale en physique nucléaire, voulus par Frédéric et Irène Joliot-Curie : le synchrocyclotron est mis en service en juin 1958.

Travaux de construction de l’institut de physique nucléaire, vers 1958 — Source : université Paris-Saclay

Une survivance historique : l’accès le plus direct au chantier de l’institut de physique nucléaire se trouvant rue Clémenceau, c’est à cette adresse que les entreprises de BTP venaient livrer . La tradition en est restée : l’adresse officielle de l’université Paris-Sud, jusqu’à sa disparition le 1er janvier 2020, était “15 rue Clémenceau”, adresse fictive ne correspondant à aucun bâtiment.

Vue aérienne est-ouest, à l’automne 1957, du bâtiment de l’accélérateur linéaire en construction. À droite, on devine le cours de l’Yvette :

Bâtiment de l’accélérateur linéaire d’Orsay (LINAC) en construction, 5 octobre1957 — Source : revue de l’enseignement supérieur, no 2, 1958

Le même bâtiment, vu du sol. Étudiants et personnels ont gardé un vif souvenir de la boue créée par les engins de chantier et les cheminements provisoires, durant ces années 1950-1960 :

Bâtiment de l’accélérateur linéaire d’Orsay (LINAC) en construction, 5 octobre1957 — Source : revue de l’enseignement supérieur, no 2, 1958

Les premiers bâtiments d’enseignement (quart nord-est du campus) et la résidence étudiante de Bures-sur-Yvette datent de la même époque et accueillent les premiers étudiants à la rentrée de septembre-octobre 1958. Les résidences étudiantes de la Pacaterie et d’Orsay (Alexandre Fleming) suivront dans les années 1960. Le réseau routier desservant le campus est alors embryonnaire :

Extrait du plan de masse général de la faculté des sciences d’Orsay, 21 janvier 1960 — Source : archives municipales d’Orsay, 1T214

 

La numérotation des bâtiments

La photo aérienne ci-dessous, prise en 1962 ou 1963, montre comment la faculté s’est développée en longueur, en “bandes” successives correspondant à des fonctions, que l’on retrouve dans la numérotation des bâtiments :

Vue aérienne des bâtiments d’enseignement de la faculté des sciences d’Orsay en cours de construction, vers 1962-1963 — Source : Cahiers de l’IAURP, 1964, no 1

  • Les gros équipements de recherche en physique sont construits au sud (bas de la photo), le long de la ligne de chemin de fer, sur la rive droite de l’Yvette (bâtiments 100 et 200). La zone étant marécageuse, certains sont construits sur des pilotis de béton;
  • Les bâtiments d’enseignement  sont à l’origine regroupés autour du restaurant universitaire et de la bibliothèque au nord-est (bâtiments 400);
  • Des bâtiments de recherche sont implantés sur deux axes principaux : le long de l’actuelle avenue Jean Perrin, au centre (bâtiments 300), et le long de la rue de Chevreuse, au nord (bâtiments 400);
  • Il faut y ajouter les bâtiments du “petit belvédère” (bâtiments 500), au rebord du plateau du Moulon : physique, sciences de la terre, optique.

Cette répartition des numéros est celle qui prévaut depuis au moins les années 2000. Cependant, quand on regarde de près la numérotation, les “petits” numéros 300 semblent correspondre, au moins à l’origine, aux bâtiments administratifs : château; décanat et services administratifs; ferme avec les services sociaux et le CESFO dans ses premières années; et également restaurant universitaire et BU, qui étaient encore numérotés, respectivement, 306 et 307 dans les années 1980.

 

Les constructions des années 1960-1970

Conformément à l’accord trouvé en 1956 avec la municipalité d’Orsay, le parc arboré est préservé, et les bâtiments ne doivent pas avoir plus de deux étages afin de ne pas dépasser de la cime des arbres.

Ci-dessous, le petit belvédère selon le plan-masse de 1965. Le plateau du Moulon est alors exclusivement agricole, et la nationale 118 n’est pas encore construite. L’accès se fait par le chemin du bois des rames et par la route de la forêt (actuel rue du doyen Pérès) :

Extrait du plan masse de la faculté des sciences d’Orsay, octobre 1965 – Source : archives municipales d’Orsay, 1T214

La bibliothèque universitaire est construite entre l’automne 1960 et le printemps 1962 (en savoir plus sur la bibliothèque) :

La bibliothèque universitaire de la faculté des sciences d’Orsay, fin des années 1960 — Source : carte postale, blog “Les Molières et ses environs” (https://lesmolieres91.blogspot.com/)

La construction se poursuit au cours des années 1960, et le site devient officiellement faculté des sciences de l’université de Paris en 1965. Ci-dessus, une vue datant sans doute de 1968 :

Bâtiments d’enseignement de la faculte des sciences d’Orsay, vers 1968 (actuels bâtiments 490 au premier plan, 460 et 470 en arrière-plan) — Source : carte postale, blog “Les Molières et ses environs” (https://lesmolieres91.blogspot.com/)

La chronologie des constructions n’est pas connue avec précision, ce qui rend les documents parfois difficiles à dater. Par exemple on peut estimer que cette carte, utilisée dans un dossier d’aménagement des années 1970, date de la seconde moitié des années 1960 : le “club” (bâtiment 330) existe déjà, sachant qu’il a été construit en 1964, tandis que manquent la piscine d’Orsay (ouverte en 1968) ou encore l’accélérateur Tandem (actuel bâtiment 109) :

Plan du campus d’Orsay vers 1965-1970 — Source : Archives de l’École polytechnique, I/2, «Transfert de l’École à Palaiseau, 1960-1977», carton no 4 bis

Avec l’éclatement de l’université de Paris après 1968, l’université Paris-Sud est créée au 1er janvier 1971. Outre la faculté des sciences d’Orsay, elle regroupe l’IUT d’Orsay sur le plateau du Moulon, la faculté de pharmacie de Châtenay-Malabry, la faculté de droit et l’IUT de Sceaux, l’IUT de Cachan et la faculté de médecine du Kremlin-Bicêtre. S’y adjoindront les sports en 1978 puis, en 1983, une formation d’ingénieurs d’où est issu Polytech. Cette vue aérienne prise dans les années 1970 montre le développement des bâtiments, notamment vers l’ouest (332, 333, 336, accueillant le premier cycle) :

Vue aérienne de l'université Paris-Sud dans les années 1970

Vue aérienne de l’université Paris-Sud dans les années 1970 (source : université Paris-Saclay)

Cette vue aérienne de 1981 montre les bâtiments de recherche en physique nucléaire. La station d’épuration et les terrains de tennis existent encore et n’ont pas encore été remplacés par l’annexe de la faculté Jean Monnet. Autre grand absent : l’Institut d’astrophysique spatiale, construit au début des années 1990 :

Vue aérienne des bâtiments de recherche (LAL, LURE) de la faculté des sciences d’Orsay en 1981 — Source inconnue

 


Pour aller plus loin :

Un livre : Brouzeng, Paul, Coudray, Christiane, Marx, Rose, et Sergolle, Henri, Orsay, un jardin pour la science, Les Ulis : EDP Sciences, 2005, 207 p. Ouvrage richement illustré, en chapitres thématiques parcourant le campus, les formations, les différents aspects de la recherche.

Une brochure : Auduc, Arlette (dir.), Diagnostic patrimonial de l’OIN de Paris-Saclay. Établissements scientifiques et universitaires, Service Patrimoines et Inventaire de la Région Île-de-France, 2012, p. 57-7. [En ligne : https://patrimoines.iledefrance.fr/diagnostics-patrimoniaux/diagnostic-patrimonial-paris-saclay]. Étude proposant un historique et un inventaire des bâtiments avec leurs spécificités architecturales.

Un article : Bela de Araujo, Ana, «“Leçons de science dans un parc”. La nouvelle faculté des sciences à Orsay dans la carte universitaire et scientifique francilienne (1955-1975)», dans Bourillon. Florence, Marantz, Éléonore, Méchine, Stéphanie, et Vadelorge, Loïc (dir.), De l’Université de Paris aux universités d’Île-de-France, Rennes : Presses universitaires de Rennes, coll. «Histoire», 2016, p. 21-34.

Un site : le site officiel des 60 ans du LAL et de l’IPNO propose une passionnante galerie photo retraçant la construction de l’accélérateur linéaire (https://60ans-ipno-lal.sciencesconf.org/resource/page/id/8)

Un musée : Sciences ACO, le musée de la lumière et de la matière, ouvre ses portes au grand public notamment lors des journées européennes du patrimoine et de la fête de la science.

Bibliographie complète

 


Citer cet article : Emilia Robin, "Galerie photo : le campus d’Orsay (1955-1980)", carnet de recherches La cité scientifique Orsay-Saclay, 8 septembre 2020, en ligne [https://orsaysaclay.hypotheses.org/40].

Emilia Robin

Chercheuse associée à l'UMR SIRICE. Violons d'Ingres : guerre froide, médiation scientifique, logiciels libres

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 25 avril 2022

    […] (Pour en savoir plus sur le campus, voir Galerie photo : le campus d’Orsay, 1955-1980) […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search