Les premiers établissements d’Orsay-Saclay (1945-1955)

Le premier billet de cette série présentait la situation du plateau de Saclay et de la vallée de Chevreuse en 1945. Dans ce deuxième billet, j’aborde l’installation des premiers établissements de recherche, entre 1945 et 1955.

Comme pour le précédent, la vidéo insiste sur la dimension géographique, tandis que le billet entre davantage dans les détails et propose une bibliographie. La cartographie est basée sur la photo aérienne de 1950 disponible sur le portail «Remonter le temps» de l’IGN.


Nous sommes donc en 1945-1946. La Seconde Guerre mondiale a montré le rôle décisif de la science pour assurer la victoire militaire. C’est particulièrement évident dans le cas du nucléaire, des télécommunications, de l’aviation. Mais c’est un mouvement plus large qui s’amorce et qui va changer la manière de faire de la science : le temps des savants solitaires et des petits laboratoires artisanaux est révolu, on entre dans l’ère de la big science, des gros équipements, des équipes de recherche. De nouvelles disciplines émergent, le nucléaire évidemment, mais aussi l’électronique, l’informatique, la chimie des plastiques, la biologie moléculaire et bien d’autres.

Les premiers gouvernements de l’après-guerre décident donc très tôt de doter la France d’institutions de recherche, qui parfois reprennent des structures existant avant guerre. Le CNRS, créé à l’automne 1939, au tout début de la guerre, est réorganisé et placé sous la direction de Frédéric Joliot-Curie, prix Nobel de physique en 1935. D’autre part, en 1945-1946 l’on crée plusieurs organismes : le CEA, Commissariat à l’énergie atomique, l’ONERA, Office national d’études et de recherches aéronautiques, le CNET, Centre national d’études des télécommunications, l’INRA, institut national de recherches agronomiques.

Carte de la région avec l'emplacement des six établissements présentés dans le billet

L’espace Orsay-Saclay vers 1955, avec les routes (en rouge), les voies ferrées (en blanc), les forêts (en vert), les bourgs (en brun sombre), l’extension urbaine de l’entre-deux-guerres (en brun clair), les aérodromes et fortifications (en jaune), et les établissements de recherche (en bleu) — Réalisation Émilia Robin, CC BY-NC-SA

Ce sont eux que l’on va retrouver dans l’espace Orsay-Saclay, à la recherche d’espace, d’isolement dans certains cas, mais aussi de bonnes liaisons avec Paris.

Les établissements du plateau de Saclay

Le Centre d’études nucléaires du CEA

Le Commissariat à l’Énergie atomique est créé le 18 octobre 1945, avec une double direction : un administrateur général pour les questions administratives et financières (Raoul Dautry), et un haut-commissaire pour les questions scientifiques et techniques (Frédéric Joliot-Curie). Très tôt, Dautry et Joliot-Curie projettent de créer un grand centre de recherche nucléaire.

Dans un premier temps, le CEA installe des laboratoires au fort de Châtillon, dès l’été 1946. Deux ans plus tard, les recherches sont couronnées de succès, avec la première divergence de la pile atomique Zoé. Le site de Châtillon, techniquement situé sur la commune de Fontenay-aux-Roses, sert de noyau pour la création du centre de recherches du CEA à Fontenay.

D’autre part, l’on recherche un terrain favorable hors de Paris, rapidement identifié sur le plateau de Saclay : il n’y a pas de construction, très peu de population, et le site est facilement accessible. Le décret déclarant d’utilité publique l’achat de 150 hectares pour construire «un centre d’études expérimentales» sur l’énergie atomique paraît le 11 décembre 1946. Le CEA prend possession du terrain au printemps suivant. L’architecte Auguste Perret est choisi pour concevoir les bâtiments, et les travaux commencent en août 1949. En réalité, ce sont 271 hectares qui sont acquis pour le CEA, en deux parcelles. La deuxième parcelle, appelée l’Orme des Merisiers, restera en friche jusqu’en 1965, quand commence la construction d’un accélérateur linéaire.

Bâtiments

Le CEN de Saclay vu depuis son château d’eau en 1956, avec le bâtiment administratif au premier plan à droite — Source : https://www.ina.fr/ina-eclaire-actu/video/afe85006725/centre-de-recherches-nucleaires-de-saclay

Les premiers employés arrivent au printemps 1951. L’année suivante, les recherches commencent avec la mise en service de l’accélérateur Van de Graaf, inauguré par le ministre de la Recherche Bourgès-Maunoury, et la divergence de la pile EL2 le 21 octobre 1952. Le site de Saclay devient très rapidement une vitrine de la modernité française, et une étape obligée pour les personnalités politiques françaises et étrangères : rien qu’en 1956, le Centre d’études nucléaires reçoit la visite du général de Gaulle, du président du Conseil Guy Mollet, du président italien Gronchi, du maréchal Tito, du roi de Grèce, et en 1957, de la reine Élisabeth.

Parallèlement, l’Institut national des sciences et techniques nucléaires (INSTN) ouvre ses portes en 1955 au CEN de Saclay, ainsi qu’à Grenoble. Il a pour but de donner à des ingénieurs une formation complémentaire en génie atomique.

Diplôme sur lequel on peut lire "Centre d'études nucléaires de Saclay. Diplôme d'ingénieur en génie atomique"

Copie d’écran d’un reportage télévisé sur la première promotion d’ingénieurs à recevoir un diplôme en génie atomique — Source : https://www.ina.fr/ina-eclaire-actu/video/afe85006725/centre-de-recherches-nucleaires-de-saclay

Le Centre d’essais des moteurs et hélices

Le 9 août 1946, un décret déclare d’utilité publique l’utilisation du fort de Villeras par le CEMH, Centre d’essais des moteurs et des hélices, qui dépend du ministère des Armées. Le CEMH était jusqu’alors installé sur plusieurs sites, dont celui de Chalais-Meudon, mais celui-ci devient trop exigu pour les nouvelles ambitions. Il s’agit en effet de créer un centre unique permettant de tester les réacteurs en vol simulé. Non, loin, à Brétigny-sur-Orge, le ministère des Armées installe le Centre d’essais en vol.

Vue aérienne sur des bâtiments en construction

Vue aérienne sur le CEMH en 1951 : à droite l’étang de Saclay encore à sec, les nouveaux batiments dont deux halles d’essais, à gauche le fort de Villeras — Source : Centre d’essais des propulseurs, DGA, 2000

Le fort de Villeras a l’avantage d’être isolé, ce qui limitera les nuisances au voisinage; les étangs de Saclay permettront de réfrigérer les installations; enfin, le fort appartient au domaine public, ce qui évitera de devoir acheter des terrains. Des bancs d’essais sont construits dès 1948 dans les fossés du fort. Les premiers laboratoires arrivent à l’été 1951, et au milieu des années 1950, l’ensemble des services y sont rassemblés. Environ un millier de personnes travaillent au fort de Villeras.

Vue aérienne sur un lotissement de l'entre-deux-guerres, suivi de champs cultivés et, à l'horizon des installations du CEMH

Vue sur le Centre d’essais des moteurs et hélices en 1956, dans un axe nord-est / sud-ouest, avec le lotissement du Val d’Albian au premier plan. On aperçoit à l’arrière-plan à gauche l’un des étangs de Saclay — Carte postale trouvée sur Delcampe.net

En 1959, le CEMH est rebaptisé Centre d’essais des propulseurs, avec un nouvel horizon scientifique : les tirs balistiques (missiles) et la propulsion spatiale. De nos jours, le CEPr relève de la DGA et a pris le nom de DGA Essais propulseurs en 2010.

Le centre de recherches du CNET

Un laboratoire du CNET, centre national d’études des télécommunications, s’installe au château de la Martinière, dans l’après-guerre. Sur ce laboratoire, je ne dispose actuellement que de très peu d’informations, toutes indirectes. Ses recherches portent notamment sur les ondes radio et le transport du signal. Il existe encore dans les années 1960, mais je n’en sais pas plus à ce stade.

Timbre commémoratif de 1984 avec un téléphone et un Minitel stylisés

Timbre commémoratif du CNET en 1984, mettant en valeur les communications par satellite, le téléphone et le Minitel

 

Les établissements de la vallée de Chevreuse

Si le plateau de Saclay intéresse en raison de l’espace disponible, la vallée de Chevreuse a d’autres atouts : la proximité immédiate de transports reliant directement au Quartier latin, et le charme des coteaux boisés.

Prairie, meule de foin et vallée

Cette vue du début du XXe siècle montre les domaines du Grand-Mesnil et de Launay, achetés par l’université de Paris en 1954-1955. Le château de Launay existe toujours et a longtemps accueilli la présidence de l’université Paris-Sud. — Carte postale trouvée sur Delcampe.net

Le CNRS à Gif-sur-Yvette

Le CNRS est créé au tout début de la Seconde Guerre mondiale, et Frédéric Joliot-Curie, qui en prend la tête à l’été 1944, le réorganise profondément. Dès le printemps 1945, il évoque la construction d’une «véritable cité de la recherche scientifique» à Gif-sur-Yvette, facilement accessible depuis le Quartier latin. Un de ses amis, Jacques Noetzlin, envisage en effet de vendre à un prix symbolique le domaine familial. Ce sera chose faite le 13 juillet 1946. Le domaine de Button comprend un château, une forêt dont il est entendu qu’elle sera préservée, diverses dépendances, ainsi qu’un ensemble de prés et vergers.

Batiments de recherche et coteaux boisés

Vue sur le domaine du CNRS à Gif-sur-Yvette à la fin des années 1950. À droite, les dépendances du château, au centre les bâtiments de recherche inaugurés en 1955, à gauche, le phytotron en construction. On aperçoit sur le coteau la carrière de Belle-Image — Carte postale trouvée sur Delcampe.net

12 laboratoires sont projetés, mais les crédits manquent : on s’installe dans les bâtiments existants et ce n’est pas avant les années 1950 que l’on pourra construire de nouveaux locaux. Six bâtiments sont inaugurés en 1955, construits sur un ancien verger. Les constructions se multiplient par la suite : en 1972, un millier de personnes travaillent au centre de Gif-sur-Yvette.

L’ONERA à Palaiseau

L’ONERA est créée en 1946 pour organiser la recherche aéronautique, à un moment où le moteur à réaction s’apprête à supplanter le moteur à hélices. Elle regroupe différentes sociétés de construction aéronautique et des équipes de recherche dispersées sur un grand nombre de sites en France. L’ONERA rassemble ses activités sur quelques sites (Meudon, Châtillon, Palaiseau, Modane-Avrieux, Lille). D’autres seront créés à partir des années 1960 dans le cadre de la décentralisation de la recherche.

Le fort de Palaiseau, à l’abandon, est choisi dès 1946 pour accueillir des laboratoires et des bancs d’essais. Le site est intéressant pour trois raisons : il est desservi par la ligne de Sceaux qui relie directement à Paris; les installations semi-enterrées atténueront les nuisances pour le voisinage; enfin, le site est proche de Meudon où se trouve l’une des grands souffleries, et encore plus proche du fort de Villeras où va s’installer le Centre d’essais des propulseurs.

Vue aérienne sur des travaux

Les travaux d’aménagement du fort de Palaiseau. À gauche, le château d’eau construit pour l’ONERA — Source : Les nouvelles de l’ONERA, juin 1966

Les premiers personnels arrivent à l’automne 1947, dans des bâtiments semi-écroulés et à l’abandon. D’importants travaux sont entrepris, le château d’eau est édifié, les décombres sont enlevés, une route est construite. Les témoins de l’époque évoquent un univers de boue, témoin les stocks de bottes en caoutchouc mises à disposition des personnels pour accéder au site. Le site continue son développement au cours des décennies suivantes. Depuis 2014, le siège de l’ONERA y est fixé.

La station apicole de l’INRA à Bures-sur-Yvette

Le 27 mars 1945, un arrêté ministériel crée un «laboratoire temporaire du service des recherches agronomiques, spécialisé dans les questions apicoles». Il est fixé provisoirement à Digne, mais l’on souhaite l’installer en région parisienne, non loin de Versailles où fonctionne depuis les années 1920 le Centre national de la recherche agronomique, et sur un site vaste, bien exposé, isolé, et déjà doté de bâtiments que l’on pourra utiliser directement. Le directeur en exercice du laboratoire choisit de prospecter en vallée de Chevreuse : ses critères sont la proximité avec Versailles, la liaison directe avec Paris, et la variété des milieux naturels, bois et champs.

Carte postale ancienne, belle villa en meulière

Le pavillon Jules Lair dans le quartier de la Guyonnerie à Bures-sur-Yvette, au début du XXe siècle. Jules Lair, avocat, historien et entrepreneur, est l’auteur d’une “Histoire de la seigneurie de Bures” qui est la première monographie consacrée à sa commune d’adoption — Carte postale trouvée sur Delcampe.net

La maison Jules Lair, dans le quartier de la Guyonnerie à Bures-sur-Yvette, est achetée le 27 février 1947, et l’arrêté ministériel du 2 mai 1947 crée officiellement la station apicole. Elle conduit notamment des recherches sur les pesticides (DDT et HCH à l’époque) utilisés sur les cultures de colza pour lutter contre le meligèthe, et qui déciment les colonies. Ces recherches débouchent sur l’adoption d’une réglementation nationale en 1956. En 1961, la station de recherches apicoles prend le nom de station de recherches sur l’abeille et les insectes sociaux. Dans les années 1980, elle est progressivement intégrée dans une équipe de neurobiologie du CNRS et devient Laboratoire de neurobiologie comparée des invertébrés. Elle disparaît dans les années 1990. La villa est ensuite revendue. Elle est désormais intégrée à l’EHPAD «Les coteaux de l’Yvette».

À noter qu’en 1950, l’INRA installe à Jouy-en-Josas son Centre national de recherche zootechnique. Comme pour la station apicole, les trois critères de choix sont la proximité avec le chemin de fer, avec des zones de culture, et avec le Centre national de la recherche agronomique de Versailles. Dans les deux cas, l’implantation retenue n’a rien à voir avec l’existence d’autres institutions scientifiques sur le plateau ou dans la vallée.

Photo aérienne du centre avec prés, bâtiments et forêts

Vue aérienne du centre national de recherche zootechnique de l’INRA dans une plaquette de 1979 — Source : archives municipales de Gif-sur-Yvette, carton 2 Z 267

Les facteurs d’implantation

Enfin de compte, trois facteurs me semblent jouer un rôle majeur dans le choix de l’espace Orsay-Saclay par les établissements de recherche.

Le rôle de l’espace

Le premier, c’est évidemment l’espace disponible. Qu’il s’agisse d’espaces agricoles ou de bâtiments reconvertis, la place se mesure en hectares et non en mètres carrés comme c’est le cas dans les vieux bâtiments universitaires. Or l’espace est désormais perçu comme essentiel pour construire la science moderne : équipements, laboratoires, salles de travail, ateliers, espaces communs, espaces verts, parkings, etc.

Le rôle des transports

D’autre part, pour tous les établissements, la présence de liaisons routières et ferroviaires avec Paris est essentiel. En effet, c’est à Paris que se trouvent l’essentiel des laboratoires, des écoles et des universités.

Le chemin de fer est également structurant : en 1954, seuls 20% environ des ménages possèdent une voiture personnelle. La ligne de Sceaux permet de rejoindre le centre de Paris et les gares de connexion. L’enjeu du transport est tel que pour répondre aux besoins de son personnel, le CEA met très tôt en place un système d’autocars.

Nombreux cars garés devant des batiments

La gare routière du CEA à Saclay dans les années 1960 — Source : Véronique Lefebvre, Au coeur de la matière. 50 ans de recherches au CEA de Saclay, Paris : Le Cherche-Midi, 2002

Le rôle des hommes

Enfin, pour trois de ces institutions, CEA, ONERA et CNRS, deux hommes jouent un rôle central dans le choix de l’espace Orsay-Saclay : Frédéric Joliot-Curie dont j’ai déjà parlé plusieurs fois, et Raoul Dautry, ministre de la Reconstruction puis administrateur général du CEA.

Joliot habitait Antony et faisait souvent des randonnées à vélo en vallée de Chevreuse et sur les plateaux alentours. Le site de Gif-sur-Yette correspond tout à fait à l’idée que lui et son épouse, Irène Joliot-Curie, se font d’un centre de recherches idéal, entouré de verdure, au décor harmonieux et inspirant. Frédéric Joliot-Curie n’a pas forcément le même type de vision pour le plateau de Saclay, mais il connaît cet espace et il l’a probablement suggéré à Raoul Dautry, administrateur général délégué du CEA, qui cherchait un terrain.

D’autre part, Joliot, en tant que haut-commissaire à l’énergie atomique, siégeait au conseil d’administration de l’ONERA. Là encore, il est très possible que ce soit lui qui ait orienté la recherche d’un site vers l’espace Orsay-Saclay.

De son côté, Raoul Dautry avait envisagé en 1945 de créer une cité scientifique sur les communes de Gentilly, Arcueil et Montrouge, dans le prolongement de la Cité universitaire. Le projet échoue rapidement en raison de son coût et de l’ampleur des procédures d’expropriation. Mais ce rêve d’un domaine dédié à la recherche au savoir se retrouve clairement dans la conception du CEA comme “palais de la science”.

Bâtiments, gazon et fleurs, parking avec voitures, quelques personnages

Vue de l’intérieur du CEA au début des années 1960. La photo est prise du bâtiment de la direction et montre le restaurant du personnel. À l’arrière-plan, EL2 et EL3 (réacteurs à eau lourde) — Carte postale trouvée sur Delcampe.net

Il y a donc un lien au niveau des hommes. Cependant, à ce stade de mes recherches, je ne pense pas qu’il faille y voir la préfiguration d’un pôle ou la définition précoce d’une vocation scientifique : l’essaimage le long de la ligne de Sceaux ne me semble pas impliquer, dans les années 1940-1950 en tout cas, des relations fonctionnelles ou des effets de synergie entre des établissements très divers.

 

En fin de compte, six centres de recherche sont implantés dans l’espace Orsay-Saclay au milieu des années 1950. C’est alors qu’une décision majeure intervient : le domaine de Launay à Orsay est acheté par l’université de Paris pour installer deux instruments de recherche en physique nucléaire. À l’origine, il ne s’agit que d’implanter des laboratoires de recherche et quelques enseignements. Mais le nombre d’étudiants augmente de manière fulgurante à Paris et les locaux sont largement insuffisants : l’université décide donc de construire un petit campus à Orsay. C’est un tournant majeur, qui fera l’objet d’un autre billet.


Bibliographie

Sur le développement scientifique de la banlieue sud-ouest : Ana Bela de Araujo, «La nouvelle faculté des sciences à Orsay (1954-1965) au prisme de la géographie de la science parisienne», dans Éléonore Marantz et Stéphanie Méchine, Stéphanie (dir.), Construire l’université: architectures universitaires à Paris et en Île-de-France (1945-2000), Paris : Publications de la Sorbonne, 2016, p. 33-47.

CEA :

  • Ana Bela de Araujo, Auguste Perret, la cité de l’atome. Le centre d’études nucléaires de Saclay, éditions du Patrimoine CMN, 2018, 232 p. Une étude approfondie et passionnante de la genèse du site sous un angle architectural.
  • Pascal Griset et Jean-François Picard (dir.), L’atome et le vivant. Histoire d’une recherche issue du nucléaire, Paris : Le Cherche-Midi, 2015, 175 p. Ouvrage richement illustrél’ouvrage se concentre sur les recherches dans le domaine biologique.
  • Véronique Lefebvre, Au coeur de la matière. 50 ans de recherches au CEA de Saclay, Paris : Le Cherche-Midi, 2002, 215 p. Complément du précédent, retrace l’évolution scientifique et institutionnelle du centre.
  • Une bonne synthèse architecturale et historique sur l’histoire du Centre d’études nucléaires de Saclay : http://www.savoirs.essonne.fr/thematiques/le-patrimoine/architecture/cea-de-saclay-le-palais-de-la-science-dauguste-perret/ (consulté le 25 mars 2022)

ONERA :

CNRS

Un bel ouvrage permettant de problématiser en croisant histoire institutionnelle, histoire immobilière et histoire scientifique : Denis Guthleben (dir.), Histoire d’une cité scientifique: le campus du CNRS à Gif-sur-Yvette (1946-2016), Paris : CNRS Éditions, 2016, 123 p.

CEPr

Un livre commémoratif bien fait accompagné d’une abondante iconographie, élaboré à l’occasion des 50 ans du CEPr de Saclay : Centre d’essais des propulseurs, Ministère de la Défense/Délégation générale pour l’armement, 2000, 174 p.

INRA

  • Pierre Cornu, Egizio Valceschini et Odile Maeght-Bournay, L’histoire de l’INRA, entre science et politique, Versailles : Quae, 2018, 463 p. Disponible en ligne : https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-02088145
  • Jean Louveaux, Chronique historique de la zoologie agricole française. Les abeilles et l’apiculture, 1940-1981, Versailles : INRA éditions, 1996, 96 p. Jean Louveaux est recruté dès 1946 pour la station apicole, qu’il dirige de 1961 à 1984.

Emilia Robin

Chercheuse associée à l'UMR SIRICE. Violons d'Ingres : guerre froide, médiation scientifique, logiciels libres

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 25 avril 2022

    […] la situation du plateau de Saclay en 1945, le récit de l’arrivée des premiers établissements scientifiques et la présentation des transformations structurelles de l’espace Orsay-Saclay durant les Trente […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search