L’espace Orsay-Saclay durant les Trente Glorieuses

Après la situation du plateau de Saclay en 1945 et le récit de l’arrivée des premiers établissements scientifiques, ce billet s’intéresse aux transformations structurelles de l’espace Orsay-Saclay durant les Trente Glorieuses. La vidéo résume les enjeux en quelques minutes, tandis que la version écrite entre davantage dans les détails et analyse plus précisément les documents.

 


Dans le précédent billet, je concluais en disant que l’arrivée de l’université de Paris à Orsay en 1955 était un tournant fondamental. En effet, jusqu’alors seuls des établissements de recherche, dispensant éventuellement des formations complémentaires, s’étaient installés. L’arrivée de l’université signifie l’arrivée de la formation initiale et de l’enseignement de masse.

Mais il faut replacer cet événement dans le cadre plus large des années 1950. En réalité, l’évolution de l’espace Orsay-Saclay durant les Trente Glorieuses naît de la rencontre entre trois causalités principales, avec leurs logiques et leurs contradictions :

  1. l’aménagement du territoire entre décentralisation et aménagement de la région parisienne,
  2. les politiques de l’enseignement supérieur en ce qui concerne les universités, les grandes écoles et la recherche,
  3. les problématiques spécifiques des communes d’accueil.

C’est cela que nous allons voir plus en détail.

L’aménagement du territoire : entre décentralisation et déconcentration

Diminuer le poids de la capitale

Depuis les années 1930, mais avec une nouvelle acuité au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, l’aménagement du territoire est un enjeu national : la croissance économique et démographique doit être équilibrée sur l’ensemble du pays, et l’on doit éviter la transformation de la région parisienne en monstre urbain.

Couverture de l'ouvrage

Paru en 1947, “Paris et le désert français”, de Jean-François Gravier, est un succès éditorial. Il attire l’attention du grand public et des décideurs sur les risques induits par le déséquilibre croissant entre la capitale et les régions dépossédées d’industrie et de capital intellectuel.

Dès 1955, un comité de décentralisation travaille sur le transfert, hors de la région parisienne, des services et des établissements scientifiques et techniques. En 1963, c’est la création de la DATAR, Délégation à l’aménagement du territoire et à l’action régionale. Elle mène une action résolue pour développer des pôles industriels et scientifiques en région, par exemple l’électronique en Bretagne et l’aéronautique autour de Toulouse. Pour cela, elle s’appuie sur toute une législation, par exemple l’interdiction d’implanter en région parisienne des établissements dépassant une certaine surface ou un certain effectif.

Dans le domaine de l’enseignement supérieur, l’une des décisions phares est la décentralisation contrainte des grandes écoles, prise en 1960 : une dizaine de grandes écoles doivent quitter Paris, dont l’École des Mines, l’École nationale des Ponts et Chaussées, l’École nationale supérieure de l’aéronautique, l’École centrale.

Dans le bras de fer que les écoles engagent avec l’État pour ne pas aller en province, la région parisienne apparaît comme une solution de compromis.

Construire la capitale de demain

C’est là que l’espace Orsay-Saclay entre en jeu. En effet, en juin 1955, en même temps que le comité de décentralisation, on crée le commissariat à l’Urbanisme et à la Construction pour la région parisienne. Son rôle est repris à partir de 1961 par le District de la région de Paris. Ces structures ont pour mission d’anticiper et d’accompagner le développement de la région parisienne, pour éviter une urbanisation anarchique. Elles héritent des travaux de l’entre-deux-guerres, qui avaient débouché sur le PARP, plan d’aménagement de la région parisienne, adopté en 1939. Un premier plan d’ensemble, le PADOG (plan d’aménagement et d’organisation générale de la région parisienne), est formulé en 1960. Il est ensuite remplacé par le SDAURP, schéma directeur d’aménagement et d’urbanisme de la région parisienne, en 1965.

Couverture illustrée en couleur

Couverture d’une brochure informative sur le PADOG en 1960 (conservée aux darchives municipales de Gif-sur-Yvette, 84W34)

Ces deux plans définissent des pôles autour desquels doit s’organiser l’agglomération parisienne, afin de ne pas concentrer toutes les activités dans la ville de Paris (politique dite de “déconcentration”). Certains pôles sont créés ex nihilo : ce sont les futures villes nouvelles de Cergy, Marne-la-Vallée, Évry et Saint-Quentin-en-Yvelines.

Pour d’autres, on s’appuie sur l’existant. Et en vallée de Chevreuse, l’existant, ce sont les établissements scientifiques. L’espace Orsay-Saclay, dans une large acception, est donc voué par le PADOG et le SDAURP à un développement basé sur la recherche et l’enseignement supérieur.

Carte en couleur

Figure 17 du SDAURP, présentant le schéma d’aménagement de la zone sud-ouest de la région parisienne (1965). Une ligne de RER à construire sur le plateau délimite le rebord construit (centre scientifique) et le coeur du plateau qui doit rester agricole. L’urbanisation sera continue entre Orsay et Versailles.

Plus précisément, la vallée de Chevreuse et le rebord du plateau de Saclay sont la limite orientale d’une future agglomération “de Palaiseau à Plaisir”. C’est pourquoi, dans les années 1970, la partie est du plateau (Saclay et Palaiseau) relève de l’Établissement public d’aménagement de la ville de Saint-Quentin-en-Yvelines, dont elle serait, le jour venu, l’horizon de développement.

L’espace Orsay-Saclay est donc pris dans des logiques d’aménagement urbain qui peuvent jouer dans deux directions contradictoires : en faveur de l’urbanisation pour créer un pôle d’attraction et attirer hors de Paris, mais aussi contre l’urbanisation pour ne pas “diluer” l’effet d’attraction de la nouvelle ville de Saint-Quentin-en-Yvelines.

Les politiques de l’enseignement supérieur

Les politiques de l’enseignement supérieur sont un deuxième faisceau de causalité pour comprendre cet espace.

À partir de 1945, on voit augmenter de manière fulgurante les effectifs étudiants en France. À Paris, il y a 30000 étudiants en 1932, 66000 en 1960, plus de 250000 en 1975. Les locaux sont largement insuffisants : en 1957, la faculté des sciences de Paris ne dispose que de 16000 m2 pour ses 14000 étudiants.

Graphique

Évolution du nombre d’étudiants en France de 1940 à 1980 (chiffres Éducation nationale / INSEE). Entre 1960 et 1975, leur nombre est multiplié par 4, passant de 211000 à 811000.

Les annexes se multiplient, dans Paris même ainsi qu’à Orsay, Orléans, bientôt Nanterre, Villetaneuse et d’autres. La faculté des sciences d’Orsay est officiellement créée en 1965.

L’Éducation nationale décide de développer le site en élaborant un plan de construction sur le plateau du Moulon, dans une logique de campus. Y seraient implantés plusieurs IUT, des écoles d’ingénieurs dont l’École nationale supérieure de chimie de Paris, divers laboratoires et services. D’autre part, une faculté des lettres est envisagée à Verrières pour compléter le pôle purement scientifique d’Orsay. Mai 1968 a partiellement raison de ces projets.

Plan détaillé des projets de construction

Schéma de structures pour l’aménagement du plateau du Moulon en 1967, réalisé par l’Agence foncière et technique de la région parisienne, pour le compte du ministère de l’Éducation nationale — Source : archives municipales d’Orsay, 1T214

Un deuxième projet s’élabore en parallèle, cette fois entre Palaiseau et Saclay. Dès 1963 en effet, l’École polytechnique a identifié un terrain à Palaiseau pour sa reconstruction. Très vite, on voit émerger un projet plus ambitieux : plusieurs écoles d’application de Polytechnique (à savoir l’école des Mines de Paris, l’école des Ponts et Chaussées, l’Institut national agronomique et la future ENSTA) y déménageraient simultanément, et l’on construirait un véritable centre urbain autour d’elles.

Carte en couleurs

Schéma général d’implantation des grandes écoles sur le plateau de Saclay, 1972, réalisation de la direction Équipement et Logement du département de l’Essonne — Source : archives municipales d’Orsay, 3T12

Les grandes écoles trouveraient ainsi en banlieue l’espace dont elles ont besoin pour développer la recherche, réformer leur enseignement et augmenter le nombre de leurs élèves. Au début des années 1970, l’État voit dans ce projet la construction d’un pôle d’innovation d’échelle nationale qui s’appuierait sur les grandes écoles rénovées et leurs liens avec l’industrie. Pour de multiples raisons, le projet est officiellement abandonné en 1975, et seule Polytechnique s’implante sur le plateau.

Les communes au défi de l’aménagement

Une phase d’urbanisation accélérée

Depuis 1945, elles affrontent de plein fouet la croissance urbaine et l’expansion de l’agglomération parisienne. Dans l’immédiat après-guerre, elles passent par une phase de reconstruction et de modernisation : généralisation de l’éclairage public, de l’eau courante, réfection des routes et des réseaux d’eaux usées. Parallèlement, les habitants affluent : la population cumulée des 5 communes, Saclay, Palaiseau, Orsay, Bures-sur-Yvette et Gif-sur-Yvette passe d’environ 18000 habitants en 1946 à presque 65000 en 1975.

Évolution de la population des 5 communes de 1946 à 1975 (chiffres INSEE) 
Communes Nbr. hab. 1946 Nbr. hab. 1975
Saclay env. 600 2037
Palaiseau 8029 28716
Orsay 5186 13544
Bures-sur-Yvette 1917 6889
Gif-sur-Yvette 1649 12945
Total 17381 64131

Plusieurs phénomènes se conjuguent : les besoins de relogement de la population locale après la guerre, le baby-boom, les nouveaux arrivants venus chercher du travail en région parisienne, les demandes des personnels des établissements de recherche. Les constructions se multiplient dans toute la vallée, en programmes de pavillons ou de petits logements collectifs.

Vue aérienne

Vue aérienne du quartier de Courcelle à Gif-sur-Yvette, au début des années 1960. Au premier plan, le quartier pavillonnaire de Madrid, puis la prairie de Jaumeron (actuel emplacement du centre commercial), et enfin les 300 logements de la résidence du parc château de Courcelle. On aperçoit la ligne de Sceaux qui délimite la zone des pavillons et celle de la prairie — Carte postale trouvée sur Delcampe.net

Dès 1957, les communes de Bures et Orsay envisagent un vaste plan de construction : face à l’afflux prévisible de population que l’arrivée de l’université ne fera que renforcer, il faut une politique du logement anticipant les besoins et préservant le caractère de la vallée (habitat semi-dense, coteaux non construits). Bures et Orsay préconisent l’urbanisation du plateau sud, ce qui débouche sur la création de la ZUP Bures-Orsay en 1960. Il s’agit alors de construire une cité pour accueillir étudiants et chercheurs; dans les années 1960 le projet changera de nature, et débouchera sur la création de la ville des Ulis.

Vue aérienne

Vue aérienne de la ZUP Bures-Orsay en 1970 (couverture de la brochure “Les Ulis. Une nouvelle ville aux portes de Paris”). On voit comment la construction a été menée depuis les agglomérations respectives de Bures (arrière-plan) et Orsay (premier plan), si bien que le centre-ville n’a été édifié que dans un deuxième temps. — Brochure conservée aux archives d’histoire contemporaine de Sciences Po, fonds Léo Hamon, 3HA53

Mais l’arrivée de nouveaux habitants implique la multiplication des équipements, par exemple les écoles, et le développement d’un réseau routier, déjà mis à mal par les chantiers de construction et le trafic induit par les établissements. D’autre part, ces mêmes établissements ne contribuent pas aux finances communales, tout en occupant de vastes surfaces.

Le SYB, front uni des communes contre les plans d’aménagement

La complexité des processus décisionnels, l’ambition des plans d’aménagement, la multiplicité des interlocuteurs, tous ces facteurs conduisent les communes à créer en 1970 le SYB, «syndicat intercommunal d’étude de l’aménagement du plateau de Saclay et des vallées de l’Yvette et de la Bièvre». Le SYB se donne pour mission d’être un interlocuteur unique face au projet de cité des grandes écoles.

Il faut en effet éviter de répéter les erreurs de la ZUP Bures-Orsay et les problèmes créés par l’implantation désordonnée des établissements de recherche : désarticulation des chantiers, absence de liaisons plateau-vallée, faiblesse des transports en commun, insuffisance des équipements et pression sur ceux qui existent, retard divers, poids financier pesant sur les communes.

Document d'archives

Lettre du maire d’Orsay au ministre de l’Éducation nationale, le 20 avril 1967, pour protester contre le poids financier et matériel de la faculté des sciences : la commune se déclare “sinistrée par l’Éducation nationale”. — Source : archives municipales d’Orsay, 1T214

 

En résumé, autant entre 1945 et 1955 les établissements arrivaient selon leurs logiques propres, autant entre 1955 et 1975 le contexte d’ensemble est crucial pour comprendre le développement de la région Orsay-Saclay. Aménagement du territoire, politique de l’enseignement supérieur, évolution des communes, ces facteurs se conjuguent pour expliquer le rythme et les modalités d’implantation de nouveaux établissements dans l’espace Orsay-Saclay à la même époque.


Pour aller plus loin

Le PADOG et le SDAURP ont été scannés et mis en ligne par l’agence Paris-Région :

Outre la bibliographie mentionnée dans les précédents billets, on pourra consulter :


Emilia Robin

Chercheuse associée à l'UMR SIRICE. Violons d'Ingres : guerre froide, médiation scientifique, logiciels libres

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 25 avril 2022

    […] 1945, le récit de l’arrivée des premiers établissements scientifiques et la présentation des transformations structurelles de l’espace Orsay-Saclay durant les Trente Glorieuses, ce billet aborde l’installation de nouveaux établissements d’enseignement et de […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search