Les établissements d’enseignement de l’espace Orsay-Saclay

Après la situation du plateau de Saclay en 1945, le récit de l’arrivée des premiers établissements scientifiques et la présentation des transformations structurelles de l’espace Orsay-Saclay durant les Trente Glorieuses, ce billet aborde l’installation de nouveaux établissements d’enseignement et de recherche en vallée de Chevreuse et sur le plateau de Saclay à partir des années 1950.


Au début des années 1950, nous trouvons dans l’espace Orsay-Saclay six grands établissements de recherche : le CEA, le Centre d’essais des Moteurs et hélices, l’ONERA, le CNET, le CNRS et l’INRA, arrivés dans la région pour des raisons convergentes, mais sans plan d’ensemble. L’arrivée de l’université va ouvrir une nouvelle phase.

La naissance de la faculté des sciences d’Orsay

Le développement du campus

En 1954 l’université de Paris choisit le domaine de Launay, en accord avec la mairie d’Orsay, pour installer deux instruments de recherche en physique nucléaire : un cyclosynchrotron pour l’équipe d’Irène Joliot-Curie à l’Institut du Radium, un accélérateur linéaire pour celle d’Yves Rocard à l’École normale supérieure.

Plan définissant des zones colorées

Arrêté de classement du domaine de Launay comme site pittoresque, le 10 novembre 1959. En vert, les zones boisées déclarées inconstructibles, soumises au régime forestier. En jaune, les terrains constructibles, à condition que les bâtiments ne dépassent pas 15 mètres de hauteur. La zone rouge n’est pas définie dans l’arrêté, mais correspond aux bâtiments historiques (château, moulin, pavillons d’entrée, sauf la ferme), et à leur perspective.  — Archives municipales de Gif-sur-Yvette, 84W34

Mais en parallèle, le nombre d’étudiants ne cesse d’augmenter à Paris, et l’université ne peut pas encore disposer du terrain de la Halle aux Vins, le futur campus de Jussieu. Très vite, elle décide de construire un petit campus à Orsay, avec des bâtiments d’enseignement, un restaurant universitaire, une bibliothèque, des résidences étudiantes. Des terrains supplémentaires sont achetés sur le plateau du Moulon en vue d’extensions futures. Les premiers étudiants arrivent à la rentrée 1958, et leur nombre augmente régulièrement. En 1965, ils sont environ 5000 inscrits en premier ou en 2e cycle.

Côté immobilier, les bâtiments se multiplient sur le domaine, qu’il s’agisse de salles d’enseignement, de laboratoires, d’équipements collectifs ou de terrains de sport.

Carte du campus avec nouvaux sentiers

Le plan de développement des sentiers piétons sur le campus d’Orsay, printemps 1969. Avec de légères modifications dues aux nouvelles constructions, ils existent toujours — Les informations de la semaine (bulletin de la faculté des sciences d’Orsay), 12 mars 1969. Conservé à la BNF

À la fin des années 1960, la faculté des sciences lance une politique d’aménagement paysager à long terme, coordonnée par le biologiste René Nozeran. C’est de cette époque que datent le jardin botanique, la viabilisation des sentiers piétons à travers le campus, les massifs de fleurs, et autres.

(Pour en savoir plus sur le campus, voir Galerie photo : le campus d’Orsay, 1955-1980)

Le développement de l’institution

Côté enseignement, plusieurs réforment se succèdent, avant et après mai 1968. On voit aussi apparaître de nouvelles filières et de nouvelles disciplines. J’en donnerai trois exemples parmi d’autres : la création de l’IUT d’Orsay à la fin des années 1960, ce qui veut dire des filières courtes et professionnalisantes; la création de la MIAGE dans les années 1970, autrement dit l’informatique au service de la gestion et des administrations; l’arrivée en 1978 d’un enseignement des sciences et techniques des activités physiques et sportives, les STAPS.

Amphithéâtre avec enseignant en blouse blanche et étudiants

Un cours magistral à la faculté des sciences d’Orsay en 1966. Le nombre d’étudiantes n’est pas négligeable : un tiers selon le documentaire — Copie d’écran du documentaire d’Éric Rohmer “Une étudiante d’aujourd’hui” (1966) : https://www.youtube.com/watch?v=aeU1pkGua60

Côté recherche, c’est forcément une histoire très complexe : d’abord parce que cela concerne de nombreuses disciplines scientifiques (physique, maths, chimie, biologie, informatique), disciplines qui ont leur évolution interne, leurs différenciations, leurs nouveaux axes, leurs interfaces avec d’autres branches, etc.

Technicien en blouse blanche devant un gros appareillage

Un technicien intervenant sur une installation de l’accélérateur linéaire — Source : SciencesACO

De plus, il y toute une évolution institutionnelle, par exemple la naissance, le transfert ou le développement de laboratoires, l’installation de structures comme l’INSERM, le développement de partenariats avec d’autres acteurs comme le CNRS, les collaborations scientifiques internes et externes en France et à l’étranger, les grands plans nationaux encourageant tel ou tel axe.

Tableau de chiffres

Un élément de mesure de l’essor des laboratoires à la faculté des sciences : le nombre de doctorats soutenus entre 1962 et 1971 — Source : bulletin d’information de l’université Paris-Sud (centre d’Orsay), no 6, 27 janvier 1972, conservé à la BNF

Enfin, l’histoire de la faculté des sciences change d’échelle et de nature après mai 1968. L’université de Paris est scindée en une douzaine d’universités différentes, dont l’université Paris-Sud, créée en 1971. Le nouvel établissement a une assise géographique et disciplinaire qui dépasse désormais largement le seul campus d’Orsay : pharmacie à la faculté de Châtenay-Malabry, droit, économie et gestion à l’IUT de Sceaux et à la faculté Jean Monnet, génie électrique et génie mécanique à l’IUT Cachan, médecine à la faculté du Kremlin-Bicêtre.

Couverture bleue et verte

Couverture du guide étudiant de l’université Paris-Sud en 1973. Le code couleur bleu et vert a perduré (avec des interruptions) jusqu’à la disparition de l’université en 2020. Dès 1973, on relève également un double enjeu de communication : souligner la proximité avec Paris et l’accessibilité des différents sites, et affirmer l’unité de ces sites en un seul ensemble — Brochure conservée dans les archives de l’École nationale des Ponts et Chaussées

L’attraction de la faculté des sciences

D’autres établissements s’installent à la même époque dans l’espace Orsay-Saclay, en lien avec la faculté des sciences, mais pour des raisons qui leur sont propres.

L’IHÉS

Tout d’abord, l’IHÉS. L’Institut des hautes études scientifiques a été créé en 1958 comme une sorte de phalanstère de recherche fondamentale en mathématiques et en physique. Il achète en 1961 le domaine du Bois-Marie à Bures-sur-Yvette, pour être à proximité de l’Institut de physique nucléaire et du laboratoire de l’accélérateur linéaire.

Personnes déambulant devant un bâtiment neuf

Scientifiques se rendant au bâtiment administratif de l’IHÉS, 1964. En arrière-plan, le coteau de la Guyonnerie, où les arbres sont encore bas : on distingue la route d’accès au plateau — Crédits photo : R. Bouillot, CSF, mis en ligne sur https://expo-patrimoine.ihes.fr/?page=2&lang=fr

L’Institut d’optique

Ensuite, l’Institut d’optique théorique et appliquée, le IOTA, aussi connu sous le nom de Sup’Optique. Installé à Paris mais très à l’étroit, il s’installe à Orsay en 1966. C’est une école privée, mais liée à l’université de Paris à travers une convention. Cette convention explique probablement pourquoi l’Institut d’optique s’installe sur le domaine universitaire.

Le bâtiment 503 sur le “petit plateau” à Orsay. Mis en service en 1966 et officiellement inauguré en 1967, il abrite les enseignements et la recherche de l’Institut d’optique jusqu’à la construction d’un nouveau bâtiment près de Polytechnique en 2006 — Copie d’écran d’un documentaire sur l’optique en France en 1967 : https://www.ina.fr/ina-eclaire-actu/video/afe07000110/optique

L’école supérieure d’électricité

Supélec a une histoire analogue. L’école supérieure d’électricité est une école privée installée à Malakoff depuis les années 1920. Face à la crise que traverse Supélec à la fin des années 1950, l’État lui apporte son soutien financier à travers l’université de Paris. En 1967, dans le cadre de la décentralisation, le gouvernement annonce la délocalisation complète de l’école à Rennes : c’est un tollé à l’école et dans son réseau. Un compromis est trouvé quelques années plus tard : une antenne ouvre à Rennes, et l’école quitte l’immédiate proximité de Paris pour la Gif-sur-Yvette. Supélec est donc reconstruite sur le domaine universitaire de Paris-Sud et y ouvre ses portes en 1975.

Supélec en 1976 (Brochure de présentation du nouveau bâtiment de Supélec à Gif-sur-Yvette, 1976 - archives municipales de Gif-sur-Yvette, dossier 2Z 345)

Vue aérienne de Supélec en 1976 (Brochure de présentation du nouveau bâtiment de Supélec à Gif-sur-Yvette, 1976 – archives municipales de Gif-sur-Yvette, dossier 2Z 345

(pour en savoir plus, voir Les lieux de Supélec (1) : Paris, Malakoff, Lyon et Les lieux de Supélec (2) : Rennes, Gif, Metz)

L’École polytechnique

L’École polytechnique a une histoire différente. Installée au cœur de Paris depuis le début du XIXe siècle, elle y est trop à l’étroit dès l’entre-deux-guerres. Un temps menacée de délocalisation vers Lyon ou Grenoble en 1960, cette perspective amorce une réflexion interne sur l’avenir de l’École. À la recherche d’un terrain en région parisienne, elle identifie celui de Palaiseau en 1963. Rapidement, ce projet de transfert est enchâssé dans un plan plus vaste : Polytechnique serait bâtie en même temps qu’une agglomération nouvelle où fonctionneraient également l’École des Mines, l’École des Ponts et Chaussées, l’Institut national agronomique et le “collège des techniques avancées”, future ENSTA.

Carte du plateau de Saclay

Le projet de la ZAC de la Martinière “grandes écoles”, 1972 — Archives de l’École polytechnique, titre I, section 2, carton 4 bis

Le choix de Palaiseau tient à l’espace disponible et aux liaisons directes avec Paris. La présence d’un pôle scientifique est un facteur supplémentaire, mais ne semble pas première dans le choix des décideurs. Pour des raisons multiples ce projet ne voit pas le jour, et seule Polytechnique déménage sur le plateau de Saclay, en 1976.

Vue aérienne

L’École polytechnique en 1976. Sur le rebord du plateau, les villas des cadres en construction. Il n’y a pas encore de verdure, et aucune route ne relie le domaine à la partie ouest du plateau. À l’arrière-plan à droite, le village de Saclay — Source : brochure de présentation de la nouvelle École polytechnique, 1976

L’ouverture de l’École polytechnique en 1976 clôture le premier cycle d’installation d’établissements en vallée de Chevreuse et sur le plateau de Saclay, ouvert après la Seconde Guerre mondiale. Plusieurs autres établissements, dont certains ont maintenant disparu, n’ont pas été évoqués ici et feront l’objet d’un prochain billet.


Orientation bibliographique

Sur l’université Paris-Sud :

  • Bimbot, René, Nicolas Bancel, Jacqueline Belloni, (dir.), Les 100 plus belles découvertes d’Orsay. 1955-2005, Paris : Vuibert, 2005, 160 p. Ouvrage de médiation mettant en valeur des découvertes scientifiques réalisés à la Faculté des Sciences d’Orsay, et ayant eu un impact notoire.
  • Brouzeng, Paul, Coudray, Christiane, Marx, Rose, et Sergolle, Henri, Orsay, un jardin pour la science, Les Ulis : EDP Sciences, 2005, 207 p. Ouvrage richement illustré, en chapitres thématiques parcourant le campus, les formations, les différents aspects de la recherche. Utile notamment pour l’histoire des laboratoires.
  • Sur ce carnet, une bibliographie détaillée.

Sur l’histoire de l’IHÉS, l’excellente exposition virtuelle “Le patrimoine scientifique de l’IHÉS“.

L’Institut d’optique a récemment publié un ouvrage retraçant son histoire : Riad Haidar (dir.), De l’optique à la photonique : cent ans d’histoire de l’Institut d’Optique, Les Ulis: EDP sciences, 2017, 127 p.

Concernant Supélec, voir Les lieux de Supélec (1) : Paris, Malakoff, Lyon et Les lieux de Supélec (2) : Rennes, Gif, Metz ainsi que la bibliographie proposée en fin de billet.

Sur le transfert de l’École polytechnique à Palaiseau, le numéro spécial «De la Montagne au Plâtal. Le transfert de l’École polytechnique à Palaiseau», Bulletin de la SABIX, no 65, 2020. En ligne : https://journals.openedition.org/sabix/2613

 


Emilia Robin

Chercheuse associée à l'UMR SIRICE. Violons d'Ingres : guerre froide, médiation scientifique, logiciels libres

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Frederic Gatineau dit :

    Bonjour Madame Robin, Je découvre avec grand intérêt votre publication “Les établissements d’enseignement de l’espace Orsay-Saclay”, Je me demande par ailleurs si vous avez édité cet article dans une revue “papier”. Si ce n’était pas le cas, je vous proposerais volontiers dans notre revue départementale “Essonne et Hurepoix”, organe de la Société Historique et Archéologique de l’Essonne et du Hurepoix dont j’ai l’honneur d’être actuellement le président.
    Cordialement
    Frederic Gatineau

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search